Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

    

 

SALVE REGINA

19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 05:00

 

Jésus ayant donc su que les pharisiens avaient appris qu’il faisait plus de disciples, et baptisait plus de personnes que Jean, (quoique Jésus ne baptisât pas lui-même, mais ses disciples,) il quitta la Judée, et s’en alla de nouveau en Galilée. Et comme il fallait qu’il passât par la Samarie,

Jésus vint en une ville, nommée Sichar, près de l’héritage que Jacob donna à son fils Joseph.

Or il y avait là un puits qu’on appelait la fontaine de Jacob.

Et Jésus étant fatigué du chemin, s’assit sur cette fontaine pour se reposer.

Il était environ la sixième heure au jour.

 

Il vint alors une femme de Samarie pour tirer de l’eau.

Jésus lui dit : Donnez-moi à boire.

Car ses disciples étaient allés à la ville, pour acheter à manger.

 

Mais cette femme samaritaine lui dit :

Comment vous qui êtes Juif, me demandez-vous à boire, à moi qui suis Samaritaine ?

Car les Juifs n’ont point de commerce avec les Samaritains.

Jésus lui répondit :

Si vous connaissiez le don de Dieu, et qui est celui qui vous dit : Donnez-moi à boire ;

vous lui en auriez peut-être demandé vous-même, et il vous aurait donné de l’eau vive.

Cette femme lui dit : Seigneur !

Vous n’avez pas de quoi en puiser, et le puits est profond : d’où auriez-vous donc de l’eau vive ?

Êtes-vous plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et en a bu lui-même, aussi bien que ses enfants et ses troupeaux ?

 

Jésus lui répondit : Quiconque boit de cette eau, aura encore soif ;

au lieu que celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, n’aura jamais soif ;

mais l’eau que je lui donnerai, deviendra en lui une fontaine d’eau qui rejaillira jusque dans la vie éternelle.

Cette femme lui dit : Seigneur !

Donnez-moi de cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus ici pour en tirer.

 

Jésus lui dit : Allez, appelez votre mari, et venez ici.

Cette femme lui répondit : Je n’ai point de mari.

Jésus lui dit : Vous avez raison de dire que vous n’avez point de mari ;

car vous avez eu cinq maris, et maintenant celui que vous avez n’est pas votre mari ;

vous avez dit vrai en cela.

Cette femme lui dit : Seigneur !

je vois bien que vous êtes un prophète.

Nos pères ont adoré sur cette montagne ;

et vous autres, vous dites que c’est dans Jérusalem qu’est le lieu où il faut adorer.

Jésus lui dit : Femme, croyez en moi ;

le temps va venir que ce ne sera plus uniquement sur cette montagne,

ni dans Jérusalem, que vous adorerez le Père.

Vous adorez ce que vous ne connaissez point ;

pour nous, nous adorons ce que nous connaissons ;

car le salut vient des Juifs.

Mais le temps vient, et il est déjà venu, que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ;

car ce sont là les adorateurs que le Père cherche.

Dieu est esprit ; et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité.

Cette femme lui répondit : Je sais que le Messie (c’est-à-dire, le Christ) doit venir ;

lors donc qu’il sera venu, il nous annoncera toutes choses.

Jésus lui dit : C’est moi-même qui vous parle.

 

En même temps ses disciples arrivèrent, et ils s’étonnaient de ce qu’il parlait avec une femme.

Néanmoins nul ne lui dit : Que lui demandez-vous ? ou, d’où vient que vous parlez avec elle ?

Cette femme cependant laissant là sa cruche, s’en retourna à la ville, et commença à dire à tout le monde :

Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai jamais fait.

Ne serait-ce point le Christ ?

Ils sortirent donc de la ville, et vinrent le trouver.

 

Cependant ses disciples le priaient de prendre quelque chose, en lui disant : Maître ! mangez.

Et il leur dit : J’ai une nourriture à prendre que vous ne connaissez pas.

Les disciples se disaient donc l’un à l’autre : Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ?

Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de Celui qui m’a envové, et d’accomplir Son œuvre.

Ne dites-vous pas vous-mêmes, que dans quatre mois la moisson viendra ?

Mais moi, je vous dis : Levez vos yeux, et considérez les campagnes qui sont déjà blanches et prêtes à moissonner ;

et celui qui moissonne reçoit la récompense, et amasse les fruits pour la vie éternelle ;

afin que celui qui sème soit dans la joie, aussi bien que celui qui moissonne.

Car ce que l’on dit d’ordinaire, est vrai en cette rencontre : que l’un sème, et l’autre moissonne.

Je vous ai envoyés moissonner ce qui n’est pas venu par votre travail ;

d’autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leurs travaux.

 

Or il y eut beaucoup de Samaritains de cette ville-là qui crurent en lui sur le rapport de cette femme,

qui les assurait qu’il lui avait dit tout ce qu’elle avait jamais fait.

Les Samaritains étant donc venus le trouver, le prièrent de demeurer chez eux ;

et il y demeura deux jours.

Et il y en eut beaucoup plus qui crurent en lui, pour l’avoir entendu parler ;

de sorte qu’ils disaient à cette femme :

Ce n’est plus sur ce que vous nous en avez dit que nous croyons en lui ;

car nous l’avons entendu nous-mêmes,

et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde.

 

 

ÉVANGILE DE SAINT JEAN

La Sainte Bible traduite par Lemaistre de Sacy

 

Ne serait-ce point le Christ ?

Le Christ et la Samaritaine, Ferdinand Georg Waldmüller

Partager cet article

Repost 0
Published by un pèlerin - dans ÉVANGILE
commenter cet article

commentaires