Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

Archives

    

 

SALVE REGINA

30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 12:30

Un arrêt du Parlement de Paris, rendu le 8 juin, sur le réquisitoire de l'avocat général Gilbert de Voisins, condamnait la Lettre sur le nouveau bréviaire à être lacérée et brûlée, au pied du Grand-Escalier, par la main du bourreau. C'était sous de pareils auspices que s'annonçait la nouvelle Liturgie.

 

Cependant une réaction se préparait à l'archevêché. Charles de Vintimille, inquiété par les réclamations des deux grands vicaires, mû aussi par les remontrances du cardinal de Fleury, résolut de faire droit, au moins en quelque chose, aux plaintes qui arrivaient de tous côtés de la part des prêtres les plus vénérables et d'ailleurs les plus attachés à sa personne.

 

Rejeter avec éclat un bréviaire qu'on avait annoncé au diocèse avec tant de solennité, était un parti bien fort et qu'on ne pouvait guère espérer d'un vieillard qui, d'ailleurs, eût trouvé sur ce point une vive opposition dans la majorité de son conseil. Dans le courant du mois de juillet, le prélat réunit une commission composée de l'abbé d'Harcourt, doyen de Notre-Dame, le même qui avait fait choix de Vigier pour la rédaction du bréviaire ; l'abbé Couet, autrefois grand vicaire du cardinal de Noailles, et connu pour ses liaisons avec la secte à laquelle avait si longtemps appartenu cet archevêque ; les abbés de Romigny, Joly de Fleury, de La Chasse, et enfin le Père Vigier lui-même. On n'avait pas, sans doute, osé inviter Mésenguy ; les deux grands vicaires, Robinet et Regnauld, n'avaient pas non plus été convoqués.

 

Dans cette réunion, l'archevêque proposa la question de savoir ce qu'il pouvait y avoir à faire dans la conjoncture délicate où l'on se trouvait. Les abbés d'Harcourt et Joly de Fleury, et avec eux le P. Vigier, étaient d'avis qu'on passât outre, sans se préoccuper des plaintes .qui s'étaient élevées. Les abbés de La Chasse et de Romigny se retranchèrent dans le silence sur l'objet de la délibération. Enfin, l'abbé Couet, qui, si l'on en croit les Nouvelles ecclésiastiques, pensait au fond comme l'abbé d'Harcourt et les deux autres, étant effrayé des suites de cette affaire, conseilla à l'archevêque une demi-mesure qui consisterait à maintenir le bréviaire, en plaçant des cartons dans les endroits qui avaient le plus révolté les partisans de la bulle. Cet avis fut adopté. (Nouvelles ecclésiastiques, 28  juillet  173. Ami  de  la  Religion. Ibidem.)

 

On commença donc de suite une nouvelle édition du bréviaire, toujours sous la même date de 1736, et on prit des mesures pour arrêter le débit de la première dont les exemplaires, par suite de cette mesure, sont devenus extrêmement rares. Au reste, on ne fit que cinquante cartons environ, et les corrections ne furent pas très nombreuses. La plus remarquable fut la suppression de l'Ave, maris stella, arrangé par Coffin, et le rétablissement de cette hymne dans son ancienne forme. On rétablit l'homélie de saint Jean Chrysostome, qui avait été supprimée dans l'office de saint Jacques le Majeur. On fit disparaître le canon du troisième concile de Tolède, placé à prime du Mardi de la quatrième semaine de carême, etc.

 

Il était aisé de voir que ces légers changements, par lesquels on voulait donner quelque satisfaction aux catholiques, n'atteignaient point le fond du bréviaire lui-même, et laissaient même sans correction plusieurs des passages qui avaient excité des réclamations  spéciales. Il  fut impossible d'obtenir d'avantage. Mais aussi de quelle défaveur devait être marquée, aux yeux de la postérité, une œuvre liturgique composée pour une grande Église, promulguée par le premier pasteur, et qui, après cette promulgation, était soumise à l'humiliante insertion de cartons jugés nécessaires pour apaiser le scandale qu'elle produisait dans le peuple fidèle. Que ceux qui nous ont suivi dans toute cette longue histoire des formes du culte divin, disent s'ils ont jusqu'ici rencontré rien de semblable !

 

Le courageux auteur de la Lettre sur le nouveau bréviaire, ne jugeant pas que la censure du parlement eût, pour sa conscience de prêtre et de religieux, une valeur réelle, et espérant encore ouvrir les yeux du prélat qui venait d'attester si hautement que sa religion avait été surprise, crut devoir lui adresser une Remontrance pleine de respect, qui était en même temps une Seconde Lettre sur le nouveau bréviaire. Cette brochure, de douze pages in-4°, éprouva, de la part des magistrats du parlement, toujours fidèles à leur rôle d'arbitres de la Liturgie, le même sort que la précédente (elle fut condamnée au feu par arrêt du 20 août 1736).

 

Nous croyons faire plaisir à nos lecteurs en donnant ici cette pièce en entier. Ils y admireront le zèle de la foi et la liberté sacerdotale admirablement conciliés avec les souverains égards dus à un personnage tel que Charles de Vintimille : 

 

« Monseigneur,

« Ce n'est point ici le langage de l'indocilité et de l'orgueilleuse révolte que vous allez entendre. Enfant respectueux de l'Église qui demande pour première vertu  la soumission, je ne sus jamais qu'obéir ; j'eus toujours  pour elle et pour les oints du Seigneur, nos pères et  nos maîtres, ce tendre respect et cette docilité entière  qui caractérisent le vrai fidèle, et jamais je ne tremperai ma plume dans le fiel amer que présente l'erreur ou la  séduction.

« Si j'ose aujourd'hui vous faire d'humbles représentations et me plaindre de vous-même à vous-même,  c'est l'intérêt de votre gloire qui m'inspire, c'est le zèle  de cette religion que vous aimez, que vous soutenez,  que vous avez toujours si glorieusement défendue. Daignez un moment jeter les yeux sur ces réflexions simples  et naïves. Que le titre ordinairement odieux de Remontrance, sous lequel je l'annonce, ne me ferme point,  chez Votre Grandeur, une entrée qui ne fut jamais  refusée à personne.

« Il en est de différentes espèces, selon la différence des  motifs qui font agir, d'intérêt ou de fanatisme. Quoi  qu'il en soit, daignez lire celle-ci avec cette bonté ordinaire qui nous charme. Si par hasard elle n'est appuyée sur aucun fondement solide, qu'importe à votre gloire !  Regardez-la avec ce noble mépris dont on doit payer  un téméraire délire ; tout le public se joindra bientôt à  vous. Mais si je suis assez heureux pour parler le langage de la raison et de l'équité, de la religion et de la  piété, il est de votre droiture et de votre grandeur d'âme  de ne pas fermer les yeux à la lumière que j'ose prendre  la liberté de vous présenter. Vous prévenez peut-être  déjà ma pensée. Dans tout le cours d'une longue carrière, il n'est qu'une seule démarche qui n'ait pas  obtenu le suffrage de l'approbation publique dont je  vois toutes les autres marquées. Sans doute qu'elle seule  peut arracher nos plaintes et suspendre pour un moment les justes éloges que vous doivent tous ceux qui  savent discerner le vrai mérite. Cependant, quand il  faut m'expliquer, je sens qu'il me faut faire un violent  effort. Au nom seul de bréviaire, je crains de vous contrister, et l'idée de votre peine suffit pour m'accabler  moi-même de douleur. Mais enfin c'est un crime de se taire dans ces circonstances, et peut-être un jour me  saurez-vous gré de la liberté que je prends. Il faut lever  ce voile qu'on tâche de vous mettre sur les yeux, pour  vous empêcher de voir ce que tout le monde aperçoit.

« Apprenez donc de moi ce que pense tout le public  catholique ; j'ose protester devant Dieu que tous vos  bons diocésains s'expliquent ici par ma plume, et qu'en  lisant ce qu'elle vous trace, vous lisez les sentiments de  leurs cœurs.

« Oui, Monseigneur, le bréviaire que vous leur avez  mis entre les mains ne convient ni à leur religion, ni à  la vôtre. Il détruit ce que vous leur enseignez et ce qu'ils croient. Et que faut-il donc enfin pour vous le persuader ? Tout parle contre lui : son histoire abrégée suffira  pour la conviction la plus sensible et la plus palpable.

« Le père de cet ouvrage informe est un prêtre de l'Oratoire, zélé par goût autant que par état pour un parti  qu'il aurait autrement défendu que par la composition  d'un bréviaire, s'il avait eu plus de lumières et de  talents. Il s'est associé depuis, pour la composition des  hymnes, un prétendu poëte plus connu par son appel  au futur concile que par ses poésies, plus occupé à  fomenter les nouvelles erreurs dans son collège, qu'à y  faire fleurir les bonnes moeurs et les belles-lettres.

« Il y a plus de quinze ans que ce fruit conçu dans les  ténèbres était en état de paraître ; mais il fallait trouver  un protecteur à l'ombre duquel il pût impunément  braver le grand jour, et quels efforts n'a-t-on pas mis  en œuvre pour la réussite de ce projet ? L'ouvrage était  à peine achevé, qu'on s'adresse à feu Monseigneur le  Cardinal de Noailles pour le lui faire adopter ; mais  nous savons que ce prélat le rejeta avec mécontentement, et qu'il ne voulut point souffrir qu'on lui en parlât. Feu Monseigneur de Lorraine, évêque de Bayeux,  se montra plus favorable au bréviaire; il désira d'en introduire l'usage dans son Église, mais le soulèvement  de tout son chapitre et de tout son diocèse contre lui,  l'empêcha de tenter l'entreprise, et Son Altesse ne crut  pas que son nom ni sa dignité pussent mettre l'ouvrage  à couvert de la censure publique. Se serait-on persuadé  (et qu'on juge par ce seul trait des intrigues du parti)  qu'un bréviaire ainsi proscrit dût être un jour à l'abri  d'un nom aussi respectable et aussi cher à l'Église que  l'est celui de Vintimille ?

« Voilà, dis-je, un violent préjugé fondé sur la qualité  des auteurs et capable de jeter sur cette production un  soupçon plus que légitime, soupçon qui se tourne en  preuve convaincante par les événements qui précédèrent  et qui ont suivi l'édition.

« Accuser indifféremment tous les examinateurs, c'est  ce que l'équité ne nous permet pas. Il y avait parmi eux  des catholiques, et des catholiques décidés. En quel  nombre ? Monseigneur, vous le savez ; mais enfin la  conduite qu'ils ont tenue, ou que l'on a tenue à leur  égard, montre ce qu'ils ont pensé. Vous le savez, Monseigneur, la crainte de contrister V. G. m'empêche de  la lui remettre devant les yeux. En vain voudrait-on  rendre garants de cet ouvrage ces hommes respectables  et si dignes de votre confiance. Le public sait que tous  (je ne comprends point parmi eux feu M. Couet, dont  toute la fonction a été d'encenser en toute occasion  et le nouveau bréviaire et son auteur, et dont le  suffrage devait rendre l'ouvrage suspect) ont fait plusieurs fois, quoique inutilement, de très importantes  représentations, tant sur les auteurs que sur le fond  et la forme de ce bréviaire. Tout Paris sait qu'on  n'eut presque aucun égard à leurs réflexions ; de sorte  qu'à proprement parler, on peut dire que tous les approbateurs du bréviaire ont été ou les auteurs mêmes,  ou des hommes connus pour être partisans de l'erreur.

« Combien d'autres représentations Votre Grandeur  n'a-t-elle pas reçues de tous les côtés ? Elle a plusieurs  fois témoigné qu'elle en était fatiguée ; tristes, mais trop  sûrs garants du bruit que devait faire l'édition, et des  alarmes qu'elle causerait. Elles sont parvenues jusqu'à  vous, Monseigneur, et ce sont des faits que vous ne pouvez dissimuler. Vous n'ignorez pas que l'acceptation du  bréviaire par vos bons diocésains, est un sacrifice forcé  de leur soumission au poids de votre autorité. Le séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet n'a point caché  ses justes répugnances ; mais le curé ayant voulu absolument qu'il fût chanté dans son église, il n'a pas été  possible de lui résister.

« Les prélats qui vous avaient promis de se joindre à  vous commencèrent à se dégager d'une parole que leur  conscience ne leur permettait pas de garder. M. l'Évêque  de Valence comptait d'adopter le nouveau bréviaire ; il a a changé de résolution et s'en est assez nettement déclaré.  Le chapitre de Lodève était près de l'accepter de la main  de son évêque ; aujourd'hui il est déterminé à ne jamais  souffrir que le diocèse en soit infecté, et ce changement  est le fruit de la lecture que quelques-uns d'entre eux  en ont fait.

« M. l'Evêque de La Rochelle a avancé dix mille livres ;  mais on ne doute point qu'il ne les sacrifie généreusement, plutôt que de faire un présent si funeste à ses diocésains.

« Tandis que les catholiques, par des plaintes et des démarches publiques, montrent l'idée qu'ils ont conçue du nouveau bréviaire, les sectateurs des nouvelles opinions triomphent publiquement. M. de Montpellier s'en  est déclaré le protecteur ; il met tout en œuvre pour le  faire recevoir par son chapitre très orthodoxe, qui n'en veut pas.

« Les plaintes des uns, le triomphe des autres, font un argument dont un magistrat éclairé a senti toute la force. Voici comment il s'en est expliqué :

« Si Monseigneur l'Archevêque, disait-il, me parlait de  son bréviaire, je lui demanderais : Quels sont ceux qui  réclament contre ce nouveau bréviaire ? Ce sont tous les  bons catholiques, tous ceux qui sont connus par leur  soumission à l'Église, par leur attachement sincère à  votre personne et à votre autorité, et qui, depuis votre  arrivée à Paris, n'ont cessé de la défendre contre les.  novateurs. Qui sont maintenant ceux qui en prennent  la défense, qui sont empressés à le faire chanter, qui  disent que c'est un coup du ciel que ce bréviaire paraisse  sous votre nom ? Ce sont ceux qui sont révoltés contre  l'Église et ses décisions, ceux qui n'ont cessé de vous  déchirer dans leurs libelles, ceux qui ont tout mis en  œuvre pour noircir votre réputation et déshonorer votre  épiscopat, ceux, en un mot, que vous avez toujours paru  regarder comme hérétiques. Il ne vous convient pas de  vous déclarer ni contre les premiers, ni en faveur des  derniers ; et cependant c'est ce que vous paraissez faire,  lorsque vous soutenez le bréviaire et que vous vous  engagez à le soutenir toujours ; vous donnez lieu aux  Appelants de dire, comme ils le disent en effet, que  vous tournez de leur côté.

« Telles étaient, Monseigneur, les réflexions de ce magistrat dont vous estimez la religion, la droiture et les  lumières.

« Voilà, ce me semble, pour toutes les personnes non  prévenues, des preuves assez solides ; mais on n'aurait  pas absolument besoin de tous ces arguments étrangers,  puisque l'ouvrage dont il s'agit porte dans lui-même sa  condamnation, pour quiconque se donne la peine de  l'examiner. L'auteur de la Lettre sur le bréviaire démontre qu'il ne peut être que l'ouvrage du parti, et  qu'à ce seul titre, il nous doit être odieux. Persuadera-t-on jamais, en effet, que des catholiques aient pu faire  les indignes retranchements qu'il cite des passages formels et décisifs contre les nouvelles erreurs ? Il est vrai  qu'il ne parle que de peu de substitutions perverses où  le dogme soit directement attaqué. Quelles que puissent  être les raisons qui l'ont empêché d'entrer dans un plus  long détail, ce n'est pas la faute du bréviaire qui s'en  trouve rempli.

« Vous-même, oui, Monseigneur, Votre Grandeur elle-même s'est  déclarée contre cet ouvrage d'une manière non équivoque. Les mouvements qu'elle se donne pour le corriger, s'il était possible, ces cartons qu'elle fait apposer  de toutes parts et qui se multiplient par la recherche  des erreurs, sont autant de témoins irréprochables, qui  justifient nos plaintes et condamnent hautement le bréviaire.

« Réunissons à présent toutes ces preuves : n'en  résulte-t-il pas, dans les esprits les plus prévenus, que  tout parle effectivement contre le bréviaire ? La qualité  des auteurs justement suspects, la difficulté qu'ils ont eue à lui trouver un patron, la division des examinateurs, la multitude des représentations, les plaintes des  catholiques et l'approbation de leurs adversaires, la  lecture du bréviaire lui-même et votre propre conduite,  en faut-il davantage pour me faire dire avec justice qu'il  ne convient ni à vous, ni à vos diocésains ? et peut-il  y avoir des préjugés assez forts qui ne tombent à la  vue de preuves si lumineuses ?

« Je ne vois rien qui semble parler en sa faveur que  l'arrêt du parlement par lequel on a prétendu flétrir la  Lettre qui l'attaque; mais j'ose ici vous le demander à  vous-même, Monseigneur, et m'en rapporter aux secrets  sentiments de votre coeur ; si l'opposition que vous trouvez au bréviaire doit vous causer quelques inquiétudes,  cet arrêt sera-t-il capable de les apaiser ?

« Combien de réflexions judicieuses qu'il ne m'est pas  permis de mettre ici dans leur jour, doivent se présenter  à votre esprit pour balancer l'autorité d'un pareil jugement ! N'a-t-on pas vu souvent ?..... Mais je m'arrête, j'oubliais que le respect doit conduire ma plume, et qu'il  est des vérités sur lesquelles il ne m'appartient pas de  m'expliquer. Au moins, n'avez-vous pas sans doute  oublié que l'avocat général qui paraît aujourd'hui  prendre votre défense, est le même qui, plus d'une fois, éleva la voix dans lé parlement pour flétrir vos ouvrages  et les couvrir, s'il était possible, d'une éternelle ignominie ? Si les coups qu'il porte contre la Lettre ont quelque poids, ils eurent le même effet contre vos mandements, et approuver aujourd'hui son ministère, c'est  souscrire à votre condamnation. Non, son plaidoyer, ni  l'arrêt qui le suit, ne calmeront point les inquiétudes  d'un prélat véritablement orthodoxe qui ne reconnaît  que l'Église seule pour juge en matière de foi et de  religion.

« J'ajoute, qu'à ne consulter que l'arrêt lui-même, le  bréviaire n'est jamais justifié. J'ai en main le réquisitoire  de M. Gilbert de Voisins. Que dit-il ? et que condamne-t-il ? Entre-t-il dans le fond des matières ? examine-t-il  les preuves sur lesquelles la Lettre forme ses accusations ? Il n'avait garde. Le brillant obscur dont il a coutume d'envelopper ses tortueuses périodes, n'aurait pu  répandre aucun nuage sur l'évidence des preuves et  des raisons de l'auteur de la Lettre.

« Il s'arrête précisément au détail minutieux de quelques  phrases un peu fortes qu'il accable d'épithètes plus fortes  encore, mais qui, dans le vrai, ne signifient rien, puisqu'enfin, avant que de condamner ces expressions prétendues trop fortes, il faut prouver qu'elles portent à faux ; ce qu'il ne fait pas. Le principal motif qu'il  apporte pour le condamner,  est l'affectation singulière des qualités d'hérétiques et de catholiques appliquées à  ceux qui vivent dans le sein d'une même Église ; c'est-à-dire, Monseigneur, qu'il en veut autant à Votre Grandeur. qu'à  l'auteur de la Lettre, puisque vous avez fait la même  distinction dans vos mandements, c'est-à-dire qu'en feignant de vous défendre, il vous attaque véritablement ;  c'est-à-dire qu'il flétrit de nouveau vos mandements avec  la Lettre; c'est-à-dire, en un mot, que son réquisitoire  vous est aussi injurieux qu'il pourrait l'être à l'auteur  inconnu.

« Il est donc incontestable qu'en recueillant les voix  différentes, il s'élève un espèce de cri général contre le  nouveau bréviaire ; vouloir se cacher cette vérité, c'est  se mettre sur les yeux un bandeau volontaire, pour ne  pas apercevoir un objet réel qui blesse la vue. Or, dans  de telles circonstances généralement avouées, comment  convient-il à Votre Grandeur de se comporter ? C'est ce qui doit  faire l'objet de ses plus sérieuses réflexions, et je m'en  rapporterai volontiers à la décision de sa piété rendue à  elle-même et débarrassée des conseils de la molle condescendance. C'est à ce tribunal que j'en appelle, et je  m'assure du triomphe de ma cause. Il n'y a que deux  partis à prendre : l'un, de corriger le bréviaire et d'en  retrancher tout ce qui peut blesser la délicatesse catholique ; l'autre, de le repousser absolument et de le tenir comme non  avenu.

« Il paraît que c'est au premier parti que Votre Grandeur s'en est  tenue (car on n'est pas venu à bout de lui cacher tout  l'artifice de ce mystère d'iniquité) ; mais ce qu'il y a de  personnes autorisées dans votre diocèse vous proteste  ici, par mon ministère, que vous tentez une chose impossible. Malgré la déclamation non prouvée de l'avocat  général, il demeure constant parmi eux que tout le bréviaire est une masse d'un levain corrompu, de laquelle  on n'exprimera jamais un suc salutaire dont les catholiques veuillent se nourrir. Comment, en effet, rétablir  tous les retranchements des fêtes, des octaves, des prières  à la sainte Vierge et de cette immensité de textes de  l'Écriture et des Saints Pères, que les auteurs ont sacrifiés  aux mânes de Jansénius et de Quesnel ? Comment effacer  des hymnes, des leçons, des capitules, des répons, des  oraisons, cette multitude de phrases captieuses, équivoques, mal sonnantes, pour ne pas dire hétérodoxes,  sous lesquelles on a eu l'adresse d'insinuer des erreurs  si souvent condamnées ? Il faudrait absolument repétrir,  refondre toute cette masse impure, c'est-à-dire, qu'il n'en  coûterait pas davantage pour refaire un nouveau bréviaire.

« La chose fût-elle possible, ce qui n'est pas, croyez- vous, Monseigneur, que les vrais catholiques trouveront jamais du goût à réciter un bréviaire composé par  des ennemis de l'Église leur Mère? Non, nous ne voulons point de leurs présents ; nos lèvres ne souffriront  qu'avec peine des prières dont les auteurs ne furent pas  nos défenseurs; et le triste souvenir que nous les tenons  d'appelants et de fauteurs d'hérésie, sera capable de  troubler la dévotion de nos temples et de répandre  l'amertume sur la sainte gaieté de nos plus belles fêtes.  Le dirai-je, Monseigneur ? nous craignons de prononcer des blasphèmes, en ne récitant que des paroles respectables et uniquement tirées de nos saintes Écritures.  Un passage isolé, détaché de ce qui le précède et de ce  qui le suit, souvent ne présente par lui-même aucun  sens ; mais l'union artificieuse de plusieurs de ces passages leur donne souvent un sens tout à fait étranger,  et c'est ainsi que la parole de Dieu dans la bouche des  hérétiques devient le langage de l'erreur. Par exemple,  comparer l'état présent de l'Église à l'état d'Israël  séduit par Jéroboam, faire entendre qu'il ne la faut  plus chercher que dans un petit nombre d'élus que la Grâce du Seigneur s'est réservé, n'est-ce pas le langage  familier de tous les hérétiques ? Attendre que le prophète Élie vienne soutenir la foi du petit troupeau persécuté, n'est-ce pas le fanatisme dominant de nos jours ?  Des paroles tirées des saints Livres présentent toutes  ces horreurs dans plusieurs répons et plusieurs versets  de l'office du Dimanche après la Pentecôte. Dirait t-on que ce n'est pas là le sens naturel des paroles citées  dans le bréviaire? Qu'importe, si les catholiques ne  peuvent douter que ce ne soit là le sens qu'on a voulu  leur présenter ? Les traits de cette nature sont sans  nombre.

« Reste donc, Monseigneur (ici je sens qu'il faut me  faire une nouvelle violence ; c'est avec peine que  l'amour de la vérité l'emporte sur le respect), reste  donc, puisqu'il faut le dire, de reconnaître généreusement que vous avez été trompé, et de proscrire hautement un ouvrage qu'une confiance bien excusable dans  un prélat accablé de tant d'occupations vous a fait  adopter.

« S'il n'y avait que ce premier pas à faire, je crois aisément que Votre Grandeur n'y trouverait point de difficulté ; une  âme élevée comme la vôtre est au-dessus de cette faiblesse orgueilleuse qu'un glorieux aveu fait rougir.  Vous savez qu'il n'appartient qu'à l'élévation d'un noble  génie de se croire sujet à l'erreur, et que ce qui sépare  le grand homme d'avec l'homme faible n'est pas de ne  commettre aucune faute, mais de savoir l'avouer et  la réparer. L'immortel archevêque de Cambrai ne  s'est jamais tant distingué par la sublime beauté de ses  ouvrages, que par l'humble aveu qu'il a fait en chaire  de s'être trompé. Et son nom ne serait pas si glorieux  dans les fastes de l'Église, s'il avait toujours été à couvert de tout reproche.

« Le second  doit vous  coûter beaucoup plus,   sans doute, parce qu'il entraîne après lui de fâcheux embarras. Les frais sont faits ; la dépense est énorme ; où  trouver des fonds pour rembourser le libraire, et l'indemniser de ses avances ? Je conviens que cet article souffre difficulté. Il faudra se donner des mouvements,  lever bien des obstacles et de différentes espèces ; mais enfin la chose doit-elle être regardée comme impossible ? Les fonds de charité, d'honneur et de bienséance,  sont-ils donc épuisés dans la plus riche capitale du monde ? ou n'y a-t-il aucune voie à quelque accommodément ? Je conviens encore que, malgré les ressources  du zèle et de l'ingénieuse piété, différents particuliers  pourront souffrir quelque perte ; mais fût-elle fort au-dessus de ce qu'elle pourrait être en effet, des intérêts  purement humains peuvent-ils arrêter ou suspendre une  démarche prouvée nécessaire à la religion ?

« Rendez-vous donc, Monseigneur, à ce qu'elle vous  demande aujourd'hui. Toujours vous vous fîtes un devoir capital d'être docile à sa voix et de vous conduire  selon la sainteté de ses maximes. Il n'est qu'un seul  trait dans une longue suite d'années qui ne soit pas à  couvert de la critique ; trait cependant qui sera marqué  dans les fastes de l'Église, trait qui pourra défigurer le  glorieux portrait qu'on y fera de votre personne : hâtez-vous de l'effacer. Vous avez toujours été un de ces murs  d'airain, une de ces colonnes inébranlables que la religion oppose à l'hérésie. Vous êtes encore aujourd'hui  son ornement et son appui ; c'est un éloge que la malignité et l'envie ne peuvent vous refuser, et auquel je  suis le premier à souscrire. Vous soutiendrez jusqu'à  la fin ce noble caractère : vous vous souviendrez de ces beaux sentiments tracés avec tant d'énergie dans la  lettre que vous écriviez au roi, quelque temps après que  vous eûtes pris le gouvernement de cette Eglise : Je ferai  mon devoir (disiez-vous), je le ferai avec le zèle et la fermeté d'un évêque, qui, après avoir vieilli dans  l'épiscopat, n'est pas venu dans la capitale pour trahir son ministère et pour le déshonorer à la fin de ses  jours ; jours précieux, Monseigneur, pour lesquels je me trouverais heureux de sacrifier les miens inutiles  au monde, et qui s'avancent, hélas ! pour notre malheur, a à pas trop précipités. Il faudra paraître devant ce Juge  redoutable qui trouve des iniquités jusque dans ses  Saints. Vous porterez à son tribunal des œuvres de  salut et des vertus dignes d'un zélé ministre du Dieu  vivant dont vous avez soutenu les autels, mais vous y  rendrez compte aussi de ce qui fait le Sujet de cette  humble Remontrance.

« Au nom du Dieu que nous  servons, au nom de cette religion que nous suivons,  examinez sérieusement et pesez dès à présent, au poids  sacré du sanctuaire, ce que vous voudriez avoir fait  dans ce moment terrible et décisif, où la vérité pure  brillera sans nuage et débarrassée de toutes les préventions humaines. »

 

Il était plus aisé de condamner au feu la pièce qu'on vient de lire que de la réfuter.

 

DOM GUÉRANGER INSTITUTIONS LITURGIQUES : CHAPITRE XIX : SUITE DE L'HISTOIRE DE LA LITURGIE, DURANT LA PREMIERE MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE. — PROJETS DE BREVIAIRE A PRIORI. — GRANCOLAS, FOINARD. — BREVIAIRES DE SENS, AUXERRE, ROUEN, ORLÉANS, LYON, ETC. — BRÉVIAIRE ET MISSEL DE PARIS, DU CARDINAL DE NOAILLES. — BREVIAIRE ET MISSEL DE PARIS, DE L'ARCHEVÊQUE VINTIMILLE. — AUTEURS DE CETTE LITURGIE. VIGIER. MÉSENGUY. COFFIN. — SYSTEME SUIVI DANS LES LIVRES DE VINTIMILLE. — RÉCLAMATIONS DU CLERGÉ. — VIOLENCES DU PARLEMENT DE PARIS. — TRIOMPHE DE LA LITURGIE DE VINTIMILLE.

 

Frontispice des Nouvelles écclésiastiques

Frontispice des Nouvelles écclésiastiques, année 1763, En foulant ses ennemis cruels Elie régale les cieux

Partager cet article

Repost0

commentaires