Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

Archives

    

 

SALVE REGINA

12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 19:30
Wannes Van de Velde est un Anversois pure souche, né à Anvers le 29 avril 1937. Il est d’abord un chanteur et un musicien, mais également un écrivain et un artiste illustrateur. Dans sa jeunesse il chantait à la maison ou dans les cafés anversois. Dans les années 50 il étudiait passionnément les chansons populaires et le flamenco espagnol. Dans les années 60 il débutât sa propre carrière musicale avec quelques musiciens. En 1966 il sort son premier album : Wannes Van de Velde. Il chante en anversois, parce que c’est ce qu’il fait le mieux naturellement. Dans les années 80 il chante encore, mais se consacre surtout au théâtre de marionnettes. Il arrête la musique populaire au profit de chansons aux élans de flamenco, mais encore en anversois. Un grand tube commercial en 1992 est le duo avec Hans De Booij avec lequel il interprète le classique Les lumières de l’Escaut - Lichtjes van de Schelde. Plus tard, dans les années 90 il apporte 3 albums et part en tournée avec Roland Van Campenhout. Wannes Van de Velde tombe malade en 2000. Il souffre d’une leucémie et délaisse la musique. Il se consacre alors à une autre passion : la poésie. En 2005 il guérit et reprend la musique. Officieusement il est considéré comme poète de la ville. Il a aussi sa propre rue : Wannes Van de Velde El Corredor à Bornem.
 
Wannes Van de Velde est décédé le 10 novembre 2008.
 
 
 
Né d’un père métallurgiste, mais chanteur doué, et d’une mère couturière et femme au foyer aimant à chanter pendant le travail, il grandit dans la Rue Zirk, Zirkstraat : une des plus anciennes rues d’Anvers du quartier des mariniers Schipperskwartier, à proximité du port. Le domicile parental était situé au-dessus d’un magasin de spécialités espagnoles, Le comptoir de Valence, qui existe encore mais dont le nom a été changé en El Valenciano. On chantait, à la maison et au bistrot: chansons d’amour, chansons satiriques, chants de combat,etc., Wannes devenant ainsi l’héritier d’une authentique culture populaire.
 
Il s’attacha tout d’abord à faire œuvre de collectionneur, à explorer le fond flamand des chansons populaires dans leur authenticité, et à les restituer. Ainsi se mit-il, au début des années 1960, en quête de telles chansons, compulsant d’une part des livres jaunis, comme l’ouvrage d’Edmond de Coussemaker, Chants populaires des Flamands de France, découvert par hasard dans une bouquinerie anversoise, et d’autre part interrogeant les anciens ou des gens de rencontre, afin de recueillir de leur bouche quelque vieille complainte qu’ils auraient gardée en mémoire. Il ne tarda pas à écrire lui-même des textes et à en composer la musique. Ses premières chansons eurent pour origine la colère, et surtout l’impuissance, vis-à-vis de la démolition du vieux centre historique d’Anvers, du quartier où il avait grandi.
 
Il s’entoura alors d’un groupe de musiciens qui partageaient son intérêt pour le chant populaire : Flor Hermans (violon), Bernard Van Lent (accordéon), et Walter Heynen (flûte), ce dernier prenant à sa charge la majeure partie des compositions musicales et des arrangements. Cette coopération donna lieu en 1966 à un premier disque, intitulé simplement Wannes Van de Velde. Le choix du dialecte anversois, qui, pour Van de Velde, était une évidence, bien plus qu’un choix délibéré, compte tenu qu’il n’avait jamais parlé d’autre façon, pour anodin que ce choix puisse paraître aujourd’hui, ne fut pas apprécié par l’intelligentsia de l’époque, et contribua à lui valoir l’épithète de subversif : l’ABN, le néerlandais normé, apparaissait en effet comme seul recevable, seul propre à être utilisé en vue de créations artistiques de haute tenue, et surtout, seul compatible avec le statut de respectabilité auquel aspirait la Flandre, toute préoccupée alors de son émancipation sociale et culturelle ; l’usage du dialecte rappelait par trop à son souvenir son arriération et son humiliation passées, la confrontait importunément à un passé récent refoulé, lui présentait un miroir.
 
Bien que n’ayant jamais été officiellement désigné comme stadsdichter (poète attitré choisi par la municipalité d’Anvers), Wannes Van de Velde était bien considéré comme tel, ad vitam, par la population anversoise. Il n’est pas exagéré de dire qu’il était une légende vivante et une véritable institution, dans sa ville natale et au-delà.
 
Le quartier Klein-Antwerpen (Petit-Anvers), situé près du parc municipal (Stadspark), où le chanteur vécut les trente dernières années de sa vie rue Antoon Van Dijck, le nomma citoyen d’honneur en 2006 et lui fit présent du géant Wannes, ainsi nommé en son honneur. Dans ce même quartier, à l’angle de la rue Breughel (Breughelstraat) et de la Lange Leemstraat (ci-devant Longue rue d’Argile) se trouvait l'estaminet Ten Huize Breughel, aujourd'hui démoli, qu’il évoqua dans ses chansons.
 
Non seulement sa musique, mais aussi son style de chant particulier et son talent de narrateur remontent à une tradition musicale européenne séculaire profondément enracinée, et ayant ses ramifications dans plusieurs pays. L’étude approfondie qu’il a menée sur l’authentique art populaire anversois se double d’une ample connaissance de la musique d’autres peuples et de leurs multiples influences mutuelles. Sa culture musicale et ses connaissances linguistiques lui ont permis d’accéder aisément aux musiques populaires espagnole, italienne, grecque, juive, française et anglo-saxonne, lesquelles étaient toutes présentes et vivantes dans sa ville natale. Dans sa fonction d’enseignant au Studio Herman Teirlinck, école de théâtre flamande réputée, il a inspiré d’innombrables acteurs et chansonniers, autant en Flandre qu’aux Pays-Bas.
 
Wannes Van De Velde 
Wannes Van De Velde

Partager cet article

Repost0

commentaires

van den Broëcke 12/11/2012 23:31


Il est très aimé à Anvers, ailleurs en Flandre les Flamands prétendent ne pas comprendre ce qu'il dit parce qu'il chante en anversois, ils préféreraient sans doute qu'il chante envers eux.

bcbg 12/11/2012 21:28


C'est Monsieur van den Brouk qui va être content !!