Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

    

 

SALVE REGINA

30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 12:30

Jérusalem, métropole de la Judée, est située dans un lieu presque entièrement dépourvu de ruisseaux, de fontaines, de bois et de pâturages. Selon les historiens les plus anciens et les traditions des peuples orientaux, elle fut d'abord appelée Salem et ensuite Jébus. Plus tard, David, après en avoir expulsé Jébusée, qui y habitait et avait régné sept ans à Ebron, agrandit la ville et y fixa le siège de son royaume ; elle fut alors appelée Jérusalem.

 

C'est ce qu'on trouve expliqué dans le passage suivant des Paralipomènes : David, accompagné de tout Israel, marcha ensuite vers Jérusalem, nommée autrement Jébus, dont les Jébuséens s'étaient rendus maîtres ; ceux qui demeuraient dans Jébus dirent alors a David : vous n'entrerez point ici. Néanmoins David prit la forteresse de Sion, qui depuis fut appelée la cité de David. Et il fit publier que quiconque battrait le premier les Jébuséens serait fait chef et général de l'année. Ainsi Joab, fils de Sarvia, monta le premier à l'assaut et fut fait général. David prit son logement dans la citadelle, et c'est ce qui la fit appeler la ville de David. Il fit ensuite bâtir tout autour de la ville, depuis Mello et d'un bout jusqu’à l'autre; et Joab fit réparer le reste de la ville.

 

Après David, et sous le règne de son fils Salomon, elle fut appelée Hiérosolyme, c'est-à-dire la Jérusalem de Salomon. Les deux excellents écrivains et illustres historiographes, Hégésippe et Josèphe, rapportent qu'en punition des péchés des Juifs, et la quarante-deuxième année après la passion du Seigneur, Titus, fils de Vespasien, empereur magnifique des Romains, mit le siège devant Jérusalem, la prit d'assaut, et, après l'avoir prise, la renversa de fond en comble, selon ce qu'avait dit le Seigneur : Qu'il n'y demeurerait pas pierre sur pierre. Dans la suite, Aelius-­Adrien, quatrième empereur romain après Titus, la releva et l'appela de son nom Aelia, ainsi qu'on le voit dans les règlements du concile de Nicée : "Que l'évêque d'Aelia soit honoré de tous, etc." Dans le principe elle était située sur des revers extrêmement rapides, faisant face partie à l'orient et partie au midi, occupant entièrement le flanc de la montagne de Sion et du mont Moriah, en sorte qu'on ne voyait sur le sommet que le temple du Seigneur et la citadelle nommée Antonia. L'empereur Adrien la fit rebatir en entier sur les hauteurs, et dès lors le lieu de la passion et de la résurrection de Notre-Seigneur, qui s'était trouvé auparavant en dehors de la ville, fut renfermé dans l'enceinte des remparts.

 

Jérusalem est plus petite que les plus grandes villes et plus grande que les villes ordinaires ; sa forme est un carré long, et de trois côtés elle est enfermée et défendue par des vallées extrêmement profondes. A l'orient est la vallée de Josaphat, dont le prophète Joel fait mention en ces termes : Lorsque j'aurai fait revenir les captifs de Juda et de Jérusalem, j'assemblerai tous les peuples et je les amenerai dans la vallée de Josaphat ; j'entrerai en jugement avec eux touchant Israël mon peuple et mon héritage.

 

Au fond de cette vallée a été construite une noble église en l'honneur de la mère de Dieu ; on croit qu'elle y est ensevelie, et aujourd'hui encore on montre le glorieux sépulcre à tous ceux qui viennent visiter ces lieux. Dans les mois d'hiver le torrent de Cédron, enflé par les pluies, roule ses eaux au pied de cette église. Le bienheureux Jean l'évangéliste en a parlé en disant : Jésus s'en alla avec ses disciples au-delà du torrent de Cédron, où il y avait un jardin. Du côté du midi on trouve la vallée nommée Ennom, contiguë à celle de Josaphat, et qui, lors de la séparation des tribus, servit de limite à celles de Benjamin et de Juda ; Josué l'a décrite en ces termes : Cette frontière monte, par la vallée du fils d'Ennom, au côté méridional des pays des Jébuséens, où est Jérusalem, et de là montant jusqu'au haut de la montagne qui est vis à vis de la ville de Géhennom à l'occident.

 

On y montre encore le champ qui fut acheté par Judas, le plus pervers de tous les acheteurs, avec l'argent qu'il retira pour prix de sa trahison, après avoir livré le Seigneur ; ce champ est nommé Aceldama, et sert maintenant à la sépulture des pèlerins. Il est fait aussi mention de cette vallée dans les Paralipomènes, au sujet d'Achaz : C'est lui qui offrit de l'encens dans la vallée de Bénennom et qui fit passer ses enfants par le feu, selon la superstition des nations que le Seigneur fit mourir à l'arrivée des enfants d'Israël.

 

Cette vallée tourne ensuite à l'occident, au point où l'on montre l'emplacement de l'ancienne piscine qui fut célèbre au temps des rois de Juda ; de là elle se prolonge encore vers la piscine supérieure, vulgairement appelée aujourd'hui le lac du patriarche, située à côté de l'ancien cimetière et dans la grotte dite du Lion. Du côté du septentrion on arrive à Jérusalem par un chemin de plaine, où l'on montre encore aujourd'hui le point sur lequel le premier martyr Étienne fut lapidé par les Juifs et rendit l'âme après avoir fléchi les genoux et en priant pour ses persécuteurs.

 

GUILLAUME DE TYR, HISTOIRE DES CROISADES, BnF - Gallica 

 

Jérusalem - W. H. Bartlett (1860)

Vue de Jérusalem, gravure de W. H. Bartlett (1860) Antique Prints - Marc Dechow

Jérusalem, ou Salem, en Hébreu : ירושלים  Yerushalayim, en ancien Français : Solyme, en Grec : Hiérosolyma ou Hiérosolyme, en arabe : القدس  al-Quds, pour les arabophones Chrétiens اورشليم  Ûrshalîm) antikforever.com

Partager cet article

Repost 0
Published by un pèlerin - dans Histoire des Croisades
commenter cet article

commentaires