Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

Archives

    

 

SALVE REGINA

21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 12:30

La nuit touchait à sa fin et les premières lueurs de l'aurore annonçaient la prochaine arrivée du jour.

 

Aussitôt le peuple chrétien se précipite au combat avec une nouvelle ardeur. Chacun retourne à son poste, et reprend l'ouvrage qu'on lui avait assigné la veille. Les uns s'établissent au dessous des machines et lancent contre les murailles d'énormes quartiers de roc d'une extrême dureté ; les autres se rangent au pied de la tour mobile, et cherchent toutes sortes de moyens pour la mettre en mouvement, tantôt par des procédés ingénieux, tantôt en y employant les efforts de leurs bras; d'autres, établis sur la sommité de cet édifice, attaquent avec un zèle infatigable ceux de leurs ennemis qui occupent les tours opposées, se servent alternativement de l'arc et de la baliste, et leur lancent des projectiles de toute espèce, pour les empêcher de se présenter au dehors et les forcer de se mettre à couvert derrière les murailles ; pendant ce temps d'autres s'occupent uniquement du soin de combler les fossés et de détruire les ouvrages avancés, afin de pouvoir pousser la tour mobile et l'appliquer contre les remparts ; d'autres enfin, et ce sont les plus nombreux, font pleuvoir sur les assiégés une grêle de flèches et de pierres, cherchant ainsi à les repousser, afin qu'ils ne puissent plus opposer d'obstacle aux efforts de ceux de leurs compagnons qui travaillent à faire avancer la grande machine.

 

Cependant, plus les assiégés voient croître l'ardeur des nôtres, et plus ils cherchent de leur côté à résister efficacement par les mêmes moyens, opposant la force à la force, et la ruse à la ruse. A leur tour ils lançaient sur les assiégeants des traits et des pierres, et déployaient une admirable valeur pour redoubler les difficultés sous les pas de ceux qui s'efforçaient de faire avancer la tour mobile. Dans l'espoir de mettre un terme par un seul événement à toutes les entreprises des Croisés, ils ne se lassaient pas de lancer des feux sur les machines, se servant de marmites fragiles et de toutes sortes d'autres instruments qu'ils remplissaient de soufre, de poix résine, de lard, de graisse, d'étoupes, de cire, de petits morceaux de bois sec, enfin de toute matière propre à entretenir et à animer l'activité d'un incendie, et les jetant de tous côtés sur leurs ennemis.

 

Au milieu d'une telle mêlée, le carnage était grand des deux côtés, et des hommes de toute condition et de tout rang tombaient incessamment, atteints à l'improviste par toutes sortes d'accidents désastreux. Les uns, frappés par quelque projectile lancé d'une machine, étaient brisés en mille morceaux. Les autres, malgré les cuirasses et les boucliers qui les protégeaient, tombaient subitement sous la multitude des traits qui les écrasaient ; d'autres, atteints par les pierres qu'on lançait à la main ou avec la fronde, périssaient sur place, ou se retiraient les membres fracassés, se trouvant ainsi hors de combat pour plusieurs jours, et souvent même pour le reste de leur vie.

 

Tant et de si grands périls ne pouvaient cependant détourner personne de l'œuvre qu'on avait entreprise, ni affaiblir en rien l'ardeur qui portait chacun des combattants à en venir aux mains avec les ennemis ; il eût été difficile en cette rencontre de décider lequel des deux peuples combattait avec le plus d'acharnement.

 

Je ne crois pas devoir passer sous silence un événement qui arriva, dit-on, ce même jour, et qui mérite bien d'être consigné dans cette histoire. Parmi les machines que les Croisés faisaient jouer contre les assiégés, il y en avait une qui lançait contre les murailles des rochers d'un poids énorme, avec une violence et un fracas épouvantables, en sorte qu'elle faisait beaucoup de mal à ceux qui occupaient les remparts. Voyant que tous les efforts qu'ils dirigeaient contre cette machine demeuraient absolument infructueux, les assiégés firent venir deux magiciennes, et leur ordonnèrent de jeter un sort sur cet instrument, et de le rendre inutile en chantant des chansons magiques. Tandis que ces femmes étaient sur la muraille, opérant leurs prestiges et prononçant les paroles qui devaient favoriser leurs enchantements, une meule lancée de cette même machine vint les frapper inopinément, ainsi que trois jeunes filles qui les avaient accompagnées, les brisa en mille pièces et les précipita, sans vie, du haut des remparts. On applaudit avec des transports de joie dans tout le camp des Croisés, et les assiégés, au contraire, furent saisis d'une profonde douleur.

 

GUILLAUME DE TYR, HISTOIRE DES CROISADES, BnF - Gallica 

 

The Crusaders leave the battlefield disappointed after twel 

Le siège de Jérusalem, Gustave Doré

Partager cet article

Repost0

commentaires