Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

Archives

    

 

SALVE REGINA

21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 08:00

Rien de plus grand, de plus élevé sur la terre que les Princes de la sainte Eglise, que les Pasteurs établis par le Fils de Dieu, et dont la succession durera autant que le monde ; mais n'allons pas croire que les sujets de cet immense empire que l'on appelle l'Eglise n'aient pas aussi leur dignité et leur grandeur. Le peuple chrétien, au sein duquel se confondent, dans une égalité complète, le prince et le simple particulier, l'emporte en lumières et en valeur morale sur tout le reste de l'humanité. Partout où il s'étend, la vraie civilisation pénètre ; car il porte partout la vraie notion de Dieu et de la fin surnaturelle de l'homme. Devant lui la barbarie recule, les institutions païennes, si antiques qu'elles soient, s'effacent ; il vit même un jour la civilisation grecque et romaine lui rendre les armes, et le droit chrétien sorti de l'Evangile se substituer de lui-même au droit des peuples gentils.

 

 Mais si la grandeur du peuple chrétien est telle, qu'elle exerce son prestige extérieur jusque sur les infidèles eux-mêmes, que dirons-nous de celle que la foi nous révèle en lui ? L'Apôtre saint Pierre, le Pasteur universel entre les mains duquel nous venons de voir le divin Pasteur déposer les clefs, définit ainsi le noble troupeau qu'il est chargé de paître : "Vous êtes, leur dit-il, la race choisie , le sacerdoce royal , la nation sainte, le peuple acquis, chargé de publier les grandeurs de Celui qui vous a appelés du sein des ténèbres à son admirable lumière." C'est en effet au sein de ce peuple que se conserve la vérité divine ; et elle ne saurait s'éteindre chez lui. Lorsque l'autorité enseignante doit proclamer, dans son infaillibilité, une décision solennelle en matière de doctrine, elle fait d'abord appel à la foi du peuple chrétien, et la sentence déclare inviolable ce qui a été cru "en tous lieux, en tous temps, et par tous". Chez le peuple chrétien réside ce principe admirable de fraternité des intelligences, le plus sublime phénomène qui soit sous le ciel, en vertu duquel vous retrouvez la même croyance chez les races les plus diverses, fussent-elles même hostiles les unes à l'égard des autres ; sous le rapport de la foi, sous celui de la soumission aux Pasteurs, il n'y a qu'un seul peuple. Au sein de ce peuple fleurissent les vertus les plus complètes, quelquefois les plus héroïques ; car il est le dépositaire, pour une large part, de l'élément de sainteté que Jésus a versé par sa grâce dans la nature humaine.

 

 Voyez aussi avec quel amour le Pastorat le protège et l'honore ! A tous les degrés de la sainte hiérarchie est attaché le devoir de donner sa vie pour le troupeau. Ce sacrifice du Pasteur à ses brebis n'est pas même un héroïsme : il est un devoir strict. Honte et malédiction au Pasteur qui recule ! le Rédempteur le flétrit du nom de mercenaire. Mais aussi, qu'elle est belle, et qu'elle est innombrable , cette armée de Pasteurs qui, depuis dix-huit siècles, ont donné leur vie pour le troupeau ! Il n'est pas une page des annales de l'Eglise où leurs noms ne resplendissent, depuis celui de Pierre crucifié comme son Maître, jusqu'à ceux de ces Evêques de la Cochinchine, du Tonkin et de la Corée, dont les récents martyres sont venus nous avertir que le Pasteur n'a pas cessé de se considérer comme victime pour le troupeau.

 

Aussi voyons-nous qu'avant de confier ses agneaux et ses brebis à Pierre, Jésus veut avant tout s'assurer s'il aime plus que les autres. Si Pierre aime son Maître, il aimera les brebis de son Maître , et il saura les aimer jusqu'à donner sa vie pour elles. C'est l'avertissement que lui donne le Sauveur qui, après lui avoir confié son troupeau tout entier, termine en lui prédisant le martyre. Heureux peuple que celui dont les chefs n'exercent la puissance qu'à la condition d'être prêts à répandre pour lui tout leur sang !

 

 Avec quel respect, quelle considération, les Pasteurs traitent ces brebis de leur Maître ! Que l'une d'elles vienne à retracer dans sa vie les caractères qui dénotent la sainteté, au point de mériter d'être proposée à la société chrétienne comme modèle et comme intercesseur ; vous verrez alors non seulement le Prêtre dont la parole appelle le Fils de Dieu sur l'autel, non seulement l'Evêque dont les mains sacrées tiennent le bâton pastoral, mais le Vicaire du Christ lui-même, humblement agenouillés devant le tombeau ou l'image du serviteur ou de la servante de Dieu, si humble qu'ait été son rang, si faible qu'ait été son sexe sur la terre.

 

Ce respect pour les brebis du Christ, le sacerdoce hiérarchique le témoignera même à l'enfant baptisé dont la langue n'est pas déliée encore, qui n'est pas compté dans l'Etat parmi les citoyens, qui peut-être avant la fin du jour sera fané comme la fleur des champs. Le Pasteur reconnaît en lui un membre digne d'honneur de ce Corps de Jésus-Christ qui est l'Eglise, un être comblé de dons sublimes qui font de lui l'objet des complaisances du ciel et la bénédiction de tous ceux qui l'entourent. Lorsque le temple saint réunit l'assemblée des fidèles, et que l'encens a fumé sur l'oblation sainte et autour de l'autel, le célébrant qui offre le Sacrifice reçoit l’hommage de ce parfum mystérieux qui honore en lui le représentant du Christ ; le collège sacerdotal voit ensuite s'avancer vers lui le thuriféraire, qui vient rendre honneur à ceux qui sont marqués du caractère sacré ; mais l'encens ne s'arrête pas dans le sanctuaire. Voici que le thuriféraire vient se placer en face du peuple fidèle, et lui décerne au nom de l'Eglise ce même hommage que nous avons vu rendre au Pontife et aux prêtres ; car le peuple fidèle est aussi dans le Christ.

 

Bien plus, lorsque la dépouille mortelle du chrétien, eût-il été le plus pauvre entre ses frères, est apportée dans la maison de Dieu pour y recevoir les derniers devoirs, ces devoirs sont encore un hommage. L'encensoir parcourt encore ces membres inanimés ; tant l'Eglise tient à reconnaître et à honorer jusqu'au dernier moment le caractère divin que la foi lui révèle jusque dans le plus humble de ses enfants ! Ô peuple chrétien ! qu'il est juste de dire de toi, et à plus forte raison, ce que Moïse disait de son Israël : "Non, il n'est pas de nation si grande et si comblée d'honneur !"

  

DOM GUÉRANGER
L'Année Liturgique

 

 

Holy Week 2010

Chemin de Croix 2010

The faithful pray as they hold crosses in the gardens of Montmartre's Sacre Coeur Basilica during the annual Good Friday "Stations of the Cross" ceremony in Paris April 2, 2010. photo: http://news.yahoo.com/

Partager cet article
Repost0

commentaires