Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

Archives

    

 

SALVE REGINA

3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 12:00

Le Martyrologe de l'Eglise Romaine nous présente aujourd'hui le nom d'une sainte vierge dont la mémoire est trop chère à l'Eglise de Paris, et à toutes celles de la France entière, pour qu'il nous soit possible de passer sous silence ses glorieux mérites.

Sainte Genevieve 1
SAINTE GENEVIEVE
Neuvaine de Sainte Geneviève à Saint Etienne du Mont 
Dimanche 3 janvier 2010 à 
15h00 : Messe d’ouverture présidée par le Père Ollier, Curé de Saint-Etienne-du-Mont, 17h30 : Vêpres de Sainte Geneviève avec le Chœur Grégorien de Paris, 18h45 : Messe. Lundi 4 janvier 2010 à 15h00 : Messe de Neuvaine, 18h45 : Messe présidée par le P. de Villefranche, Collège des Bernardins

Dans la compagnie des Martyrs et du Confesseur et Pontife Silvestre, la vierge Geneviève brille d'un doux éclat à côte de la veuve Anastasie. Elle garde avec amour le berceau de l'Enfant divin dont elle imita la simplicité, et dont elle a mérité d'être l'Epouse. Au milieu des mystères de l'enfantement virginal, il est juste de rendre de solennels honneurs aux Vierges fidèles qui sont venues après Marie. S'il nous était possible d'épuiser les Fastes de la sainte Eglise, quelle magnifique pléiade d'Epouses du Christ n'aurions-nous pas à glorifier, dans ces quarante jours de la Naissance de l'Emmanuel !

Déjà nous avons nommé la grande Martyre Eugénie ; nous aimerions à célébrer Colombe de Sens , Euphrosyne d'Alexandrie, Emilienne de Rome, Macra de Reims, Synclétique d'Alexandrie, Véronique de Binasco, Brigitte d'Ecosse, Viridiana de Vallombreuse, et tant d'autres ; mais les bornes de notre plan nous contraignent à ne dépasser que rarement les limites tracées par le 
Cycle lui-même. Toutefois, empruntant les belles paroles de saint Augustin dans son VIIIe Sermon pour la fête de Noël, nous dirons à toutes ces amantes du Dieu nouveau-né : "Saintes Vierges, qui avez méprisé les noces terrestres, célébrez avec allégresse l'enfantement de la Vierge. Celui qui vient combler vos désirs n'a point enlevé à sa Mère cette pureté que vous aimez. Il a guéri en vous la blessure que vous aviez contractée par Eve : il ne pouvait altérer ce qui vous plaît en Marie. Mais ce Fils que vous n'avez pu, comme elle, enfanter selon la chair, vous l'avez senti votre Epoux dans votre cœur. Vous n'avez pas été stériles ; car la pureté de la chair est le principe de la fécondité de l'âme."

Geneviève a été célèbre dans le monde entier. Elle vivait encore en cette chair mortelle, que déjà l'Orient connaissait son nom et ses vertus ; du haut de sa colonne, le stylite Siméon la saluait comme sa sœur dans la perfection du Christianisme. La capitale de la France lui est confiée ; une simple bergère protège les destinées de Paris, comme un pauvre laboureur, saint Isidore, veille sur la capitale des Espagnes.

L'élection que le Christ avait daigné faire de la jeune fille de Nanterre pour son Epouse, fut déclarée par l'un des plus grands évêques de la Gaule au Ve siècle. Saint Germain d'Auxerre se rendait dans la Grande-Bretagne où le Pape saint Boniface Ier l'envoyait pour combattre l'hérésie pélagienne. Accompagné de saint Loup, évêque de Troyes, qui devait partager sa mission, il s'arrêta au village de Nanterre ; et comme les deux prélats se dirigeaient vers l'église où ils voulaient prier pour le succès de leur voyage, le peuple fidèle les 
entourait avec une pieuse curiosité. Eclairé d'une lumière divine,  Germain discerna  dans la foule une petite fille de sept ans, et il fut averti intérieurement que le Seigneur se l'était choisie.

Il demanda aux assistants le  nom de cette  enfant, et pria qu'on l'amenât  en sa présence.  On fit donc approcher les parents, le père  nommé Sévère  et la mère appelée Geruntia. L'un et l'autre furent attendris à la vue des caresses dont le saint évêque comblait leur fille. — « Cette enfant est à vous ? » leur dit  Germain. — « Oui, seigneur, » répondirent-ils. — « Heureux parents d'une telle fille ! » reprit l'évêque. « A la naissance de cette  enfant, sachez-le, les Anges ont fait grande  fête  dans le ciel. Cette  fille sera grande devant le Seigneur, et, par la sainteté de sa vie, elle arrachera beaucoup d'âmes au  joug du péché. » Puis, se tournant vers l'enfant : « Geneviève, ma fille ? » lui dit-il. — « Père  saint, » répondit-elle, votre servante écoute. » Alors, Germain :  Parle-moi sans crainte :  voudrais-tu être consacrée au Christ dans une pureté  sans tache, comme son Epouse ? — «  Béni soyez-vous, mon Père ! » s'écria l'enfant ;  « ce  que vous me demandez est le  plus  cher  désir de mon cœur. C'est tout ce que je veux ; daignez prier le Seigneur qu'il me l'accorde. » — « Aie confiance, ma fille, » reprit Germain ; « sois ferme dans ta résolution ; que tes œuvres soient d'accord avec ta foi, et le Seigneur ajoutera sa force à ta beauté. »

Les deux évêques accompagnés du peuple entrèrent dans l'église, et l'on chanta l'Office de None, qui fut suivi des Vêpres. Germain avait fait amener Geneviève auprès de lui, et durant toute la psalmodie il tint ses mains imposées sur la tête 
de l'enfant.

Le lendemain, au lever du jour, avant de se mettre en route, il se fit amener Geneviève par son père. « Salut, Geneviève, ma fille ! » lui dit-il ; « te souviens-tu de la promesse d'hier ? » — « O Père saint ! » reprit l'enfant, « je me souviens de ce que j'ai promis à vous et à Dieu ; « mon désir est de garder à jamais, avec le secours céleste, la pureté de mon âme et de mon « corps. » A ce moment, Germain aperçut à terre une médaille de cuivre marquée de l'image de la Croix. Il la releva, et, la présentant à Geneviève, il lui dit : « Perce-la, mets-la à ton cou, et garde- la en souvenir de moi. Ne porte jamais ni collier, ni bague d'or ou d'argent, ni pierre précieuse ; car si l'attrait des beautés terrestres venait à dominer ton cœur, tu perdrais bientôt ta parure céleste qui doit être éternelle. » Après ces paroles, Germain dit à l'enfant de penser souvent à lui dans le Christ, et l'ayant recommandée à Sévère comme un dépôt deux fois précieux, il se mit en route pour la Grande-Bretagne avec son pieux compagnon.

Nous nous sommes complu à retracer cette gracieuse scène, telle qu'elle est racontée dans les Actes des Saints, dans le but de montrer la puissance de l'Enfant de Bethléhem, qui agit avec tant de liberté dans le choix des âmes qu'il a résolu de s'attacher par un lien plus étroit. Il s'y conduit en maître, rien ne lui fait obstacle, et son action n'est pas moins visible en ce siècle de décadence et d'attiédissement qu'aux jours de saint Germain et de sainte Geneviève. Quelques-uns, hélas ! s'en irritent ; d'autres s'étonnent ; la plupart ne réfléchissent pas : les uns et les autres sont cependant en face d'un des signes les plus frappants de la divinité de l'Eglise.


Nous donnerons ici la Légende que le Bréviaire de Paris de 1680 a consacrée à sainte Geneviève, et qui a été conservée dans les éditions suivantes :

Geneviève,  née  à  Nanterre, au territoire de Paris, fille de Sévère et de Géruntia, fit briller dès ses plus tendres années l'éclat d'une rare vertu.  L'évêque Germain  d'Auxerre, allant en Bretagne avec Loup de Troyes, pour  extirper les restes  de  l'hérésie  Pélagienne, ayant aperçu Geneviève, reconnut et prophétisa qu'elle serait agréable à Dieu et illustre par la sainteté  de sa vie.  Lui ayant demandé si elle voulait consacrer à Dieu sa  virginité, Geneviève répondit avec un visage  plein  de  modestie qu'elle le désirait vivement et uniquement. Germain entrant  donc  dans  l'Eglise, avec un nombreux cortège de peuple, imposa les mains à la jeune fille et la consacra vierge, au milieu du chant des  psaumes  et des  plus solennelles oraisons. Le lendemain,  lui  ayant  demandé si elle se souvenait encore du vœu qu'elle avait fait, elle l'assura qu'elle s'en souvenait, et qu'avec l'aide de Dieu elle  persévérerait dans son  propos.  Alors, l'évêque aperçut à ses pieds, non  sans une volonté  de Dieu, une pièce de cuivre marquée d'une croix ; il la ramassa, la donna à la vierge, et lui ordonna de la porter à son cou, et de ne plus désormais souffrir la parure d'un collier qui ne sied point à une Epouse du Christ.

 

Elle excella par le don et l'abondance des miracles, surtout à l'égard des énergumènes qu'elle délivrait de la tyrannie des démons, en les oignant d'une huile bénite. Elle fit plusieurs prophéties, entre autres à l'approche d'Attila, roi des Huns. Elle exhorta les habitants de Paris à ne point abandonner leurs foyers, et à ne pas transporter ailleurs leurs biens, promettant que la ville tiendrait debout, tandis que d'autres cités plus fortes étaient renversées. L'événement prouva la vérité de la promesse ; et on l'attribua à la protection de Geneviève. Pendant une famine, et dans une grande cherté de vivres, elle fournit à la ville une grande quantité de blé, et distribua des pains à d'innombrables pauvres. Toutefois, malgré tant de miracles, elle ne put échapper à la haine et aux insultes des malveillants. Germain, se rendant une seconde fois en Bretagne, l'alla trouver, et par ses divines paroles la consola de toutes ces calomnies; puis, adressant au peuple une grave remontrance, il fit voir le grand mérite de Geneviève devant Dieu, et montra le lieu où elle répandait ses prières, tout arrosé de ses larmes.

De la quinzième à la cinquantième année de son âge, elle ne rompit le jeûne que le dimanche et le jeudi, par un peu de pain d'orge et quelques mets cuits quinze jours à l'avance, afin qu'ils fussent moins succulents : sans autre breuvage que l'eau fraîche. Après ce temps, à la persuasion des Evêques, auxquels elle eût jugé un grand crime de ne pas obéir, elle usa de petits poissons et de lait. Une si grande vertu ne put être longtemps sans franchir les limites de la Gaule. Siméon le Stylite, ayant ouï le bruit de ses miracles, voulut se recommander à ses prières. Enfin ses admirables vertus, comme l'écrit Bède, éclatèrent au loin, et elle vieillit dans le service du Christ jusqu'à l'âge de quatre-vingts ans.

Grégoire de Tours dit encore d'elle : « Sainte Geneviève qui, dans son corps mortel , fut si puissante qu'elle ressuscita un mort, fut ensevelie à Paris dans la basilique des saints Apôtres Pierre et Paul ; les prières faites à son tombeau obtiennent souvent d'être exaucées ; et surtout les fièvres les plus opiniâtres cèdent souvent à la vertu de son intercession.»


Nous donnons ici un chœur de gracieuses Antiennes extraites des anciens livres d'Offices de l'Eglise de Paris. Ces chants antiques sont purs et naïfs comme la vie de l'humble et sainte bergère.

 

La vierge Geneviève, lorsqu'elle était encore jeune, ne fit cependant rien paraître de puéril dans ses actions ; mais, pour trouver la solitude, elle fuyait la compagnie des hommes.

 

Le Seigneur la prit pour lui dès l'enfance, et il parla à son cœur.

 

Au dehors, elle paissait les brebis de son père ; mais au dedans, le Seigneur était son pasteur.

 

Elle trouva un grand repos dans la garde de son troupeau ; et la solitude de son cœur était comme un jardin de délices devant Dieu.

 

Félicitez-moi, vous tous qui aimez le Seigneur, de ce qu'étant petite, j'ai plu au Très-Haut.

 

Depuis que le saint Pontife m'a donné une pierre céleste, je me suis délectée en Jésus-Christ seul, comme en la plénitude des richesses.

 

J'ai servi le Seigneur dans la simplicité de mon cœur, lorsque je gardais les brebis du pâturage de mon père.

 

O heureuse servante de Dieu ! déchargez-nous du poids qui nous accable, et dépouillez-nous de ces fautes mortelles qui nous fatiguent, afin que, par vos supplications, la porte du ciel nous soit ouverte.

 

O miséricordieuse Epouse de Dieu ! qui êtes l'aurore du jour pour les cœurs tristes : vierge fille de France, vierge pleine de douceur, écoutez ceux qui crient vers vous, ne méprisez point leurs prières.

 

Geneviève, vierge clémente, regardez ceux qui vous implorent, enlevez le fardeau de nos fautes, repoussez nos ennemis, rendez la santé à notre corps malade et à notre cœur gémissant.

 

O Geneviève ! regardez-nous d'un œil de bonté ; vous qui participez à la lumière angélique, qui brillez d'un titre céleste, qui êtes en présence du souverain Roi, réconciliez-nous avec lui ; donnez-nous de jouir de votre Epoux, vous qui êtes l'Epouse et la fille de l'Epoux.


Voici maintenant quelques Répons empruntés à la même Liturgie. Le premier est imité du beau Répons de Fulbert pour la Nativité de la sainte Vierge

 

R/. Une fleur distillant la rosée est  descendue pour la gloire de la cité ; Et sur cette fleur, Dieu a inspiré un parfum.  V/. La fleur, c'est la vierge ; la  rosée, c'est  l'heureuse guérison ; le parfum, c'est le souffle du salut. Et sur cette fleur, Dieu a inspiré un parfum.

 

R/. L'Ange du Seigneur est descendu du ciel, et s'approchant du  saint Prélat, lui a donné une pierre céleste, qu'il a pendue à mon cou, disant : Reçois ce gage, ma très chère fille,  et ne donne accès à nul amant, si ce n'est Le Seigneur Jésus-Christ, V/.  Je donnerai au  vainqueur  une pierre blanche, et sur cette pierre sera écrit un nom nouveau que nul  ne connaît, sinon celui qui aime Le  Seigneur Jésus-Christ.

 

R/. Le Seigneur a inventé de nouveaux combats ; une femme craignant Dieu garde la cité ; Et tandis que la vierge combattait seule, les étoiles combattirent contre Attila, V/. Par la foi d'une seule, tous ont été rendus courageux dans la guerre, et ont renversé le camp des étrangers. Et tandis que la vierge combattait seule, les étoiles combattirent contre Attila.

 

R/. Cette vierge pauvre sera bénie du Seigneur ; car elle a donné de ses pains au pauvre. Et, par ses mérites, nos vallées ont abondé en froment, V/. Grâces nous vous rendons, Seigneur, de ce que, par votre servante, nos campagnes  ont été  remplies  de fertilité. Et par ses mérites nos vallées ont abondé en froment.

 

R/. Geneviève a été agrandie par l'éclat de ses merveilles ; Et elle s'est acquis une grande gloire en vivant au milieu de son peuple. V/. Elle a guéri sa nation et l'a délivrée de douleurs enflammées. Et elle s'est acquis une grande gloire en vivant au milieu de son peuple.

 

R/. Le Seigneur a élevé la jeune fille humble et pauvre sur la Montagne sainte, au milieu de l'Université, pour confondre la sagesse du monde, et pour apprendre à tous que la sagesse du siècle est folie devant Dieu. V/. Dieu a choisi ce qu'il y a de faible dans le monde, pour confondre ce qui est fort. Et pour apprendre à tous que la sagesse du siècle est folie devant Dieu.


Il est juste de faire entendre ici la voix d'Adam de Saint-Victor, à qui appartient de droit l'honneur de chanter la noble vierge, patronne de l'Eglise de Paris, qui fut redevable à ce grand poète d'une si riche collection d'admirables Séquences.

 

SÉQUENCE
 

De Geneviève la fête solennelle nous  amène une solennelle joie.

 

Que la pureté du cœur éclate en un sacrifice de louange.

 

Heureuse fut la naissance de cette enfant, témoin le Pontife Germain.

 

Ce qu'il prévit en esprit est justifié par l'événement.

 

Sur la poitrine de la vierge, pour indice de pudeur,

 

Il suspend une médaille d'airain marquée du signe de la croix.

 

A Geneviève, il offre une dot venue de la main de Dieu,

 

La consacrant comme un temple du Saint-Esprit, sous l'alliance du Christ.

 

La mère de cette innocente enfant ose la frapper : elle est privée de la lumière.

 

Compatissant à sa mère, la vierge lui rend l'usage de la vue.

 

Geneviève au grand cœur, mortifie sa chair par le jeûne ; elle arrose la terre de ses larmes, et se réjouit dans un continuel martyre.

 

Sur les pas du céleste guide, elle parcourt les cieux et les enfers ; par l'ardeur de ses prières, elle sauve sa ville de l'invasion d'un peuple barbare.

 

Par un prodige divin, elle apaise longtemps la soif des travailleurs. Elle rend à une mère désolée son fils unique, qu'une chute a brisé.

 

A peine la vierge a-t-elle prié, les démons frémissent, la paix est rendue aux énergumènes, l'espoir aux infirmes, le pardon aux coupables.

 

En sa main, des flambeaux se rallument d'une manière céleste ; par elle, un fleuve au vaste lit rentre docilement dans ses rives.

 

Après sa mort, vivant encore par ses mérites, elle calme les ardeurs du feu sacré ;

 

Elle qui, dans ce monde, avait vaincu en elle-même les feux de la concupiscence.

 

La mort, les maladies, les démons, les éléments, obéissent à ses ordres.

 

Ainsi Geneviève, par ses prières, domine les lois de la nature.

 

Ainsi la vertu du Christ opère de grandes choses dans les plus petites.

 

Au Christ donc pour tant de merveilles, louange assidue, gloire éternelle !

Amen.


Vierge fidèle, ô Geneviève ! nous vous rendons gloire pour les mérites que le divin Enfant s'est plu à réunir en vous. Vous avez apparu sur notre patrie comme un Ange tutélaire ; vos prières ont été longtemps  l'objet de la confiance des Français ; et vous vous êtes fait gloire, au ciel et sur la terre, de protéger la capitale du royaume de Clovis, de Charlemagne et de saint Louis.

Des temps dignes d'exécration sont venus, durant lesquels votre culte a été sacrilègement abrogé, vos temples  fermés, vos  précieuses reliques profanées. Cependant, vous ne nous avez pas abandonnés ; vous avez imploré pour nous des jours meilleurs ; et nous pouvons  reprendre quelque confiance, quand nous voyons votre culte refleurir parmi nous, malgré des profanations plus récentes ajoutées aux anciennes.

En cette époque de l'année qu'embellit et consacre votre nom, bénissez le peuple chrétien. Ouvrez nos cœurs à l'intelligence du mystère de la Crèche. Retrempez cette nation qui vous est toujours chère aux pures sources  de la foi, et obtenez de l'Emmanuel que sa Naissance, renouvelée chaque année, devienne enfin une époque  de salut et de vraie régénération. Nous sommes malades,  nous périssons,  parce que les vérités sont diminuées chez nous, selon la  parole de David ; et la vérité s'est obscurcie, parce que l'orgueil a pris la place de la foi, l'indifférence celle de l'amour.

Jésus connu et aimé dans le mystère de son ineffable Incarnation peut seul nous rendre la vie et la lumière. Vous  qui  l'avez reçu, qui l'avez aimé, durant votre longue vie si pure, menez-nous à son berceau.

Veillez, ô  puissante  bergère, sur la ville qui 
vous est confiée.

Gardez-la des excès qui semblent quelquefois la rendre semblable à une grande cité païenne.

Dissipez les tempêtes qui se forment dans son sein ; d'apôtre de l'erreur, qu'elle consente enfin à devenir disciple de la vérité.

Nourrissez encore son peuple qui meurt de faim ; mais soulagez surtout ses misères morales.

Calmez ces fièvres ardentes qui brûlent les âmes, et sont plus terribles encore que ce mal dévorant qui ne brûlait que les corps. Près de votre sépulcre vide, du haut de la Montagne que domine le vaste temple qui s'élève sous votre nom et reste vôtre de par l'Eglise et nos pères, en dépit des entreprises répétées de la force brutale, veillez sur cette jeunesse de France qui se presse autour des chaires de la science humaine, jeunesse si souvent trahie par les enseignements mêmes qui devraient la diriger, et assurer à la patrie des générations chrétiennes.

La croix brille toujours, malgré l'enfer, sur la coupole de votre sanctuaire profané ;
Panthéon
ne permettez pas qu'elle en soit descendue. Que bientôt cette croix immortelle règne de nouveau pleinement sur nous ; qu'elle plane du sommet de votre temple sur toutes les habitations de la cité maîtresse, rendue à son antique foi, à votre culte, à votre ancienne protection.


DOM GUÉRANGER
L'Année Liturgique

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
<br /> C'est une Sainte qui m'est chère, j'ai sa statue et ses belles litanies dans ma chambre, et j'ai récité ses Vêpres aujourd'hui, merci cher pèlerin ! <br /> <br /> <br />
Répondre