Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

Archives

    

 

SALVE REGINA

7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 19:43

Commuters walk past a billboard announcing Pope ...

Commuters walk past a billboard announcing Pope Benedict XVI's visit in Lisbon May 4, 2010. The Pope is due to visit Portugal from May 11 to 14  

Man prays in Sao Domingos Church in downtown ...

A man prays in Sao Domingos Church in downtown Lisbon May 5, 2010. Pope Benedict XVI is due to visit Portugal from May 11 to 14

Woman prays in Sao Domingos Church in downtown ...

A woman prays in Sao Domingos Church in downtown Lisbon May 5, 2010. The Pope is due to visit Portugal from May 11 to 14

A man fills his bottle of holy water next to ... 

A woman fills a bottle with holy water next to a poster of Pope Benedict XVI in Sao Domingos Church in downtown Lisbon May 5, 2010. The Pope is due to visit Portugal from May 11 to 14
Woman prays in front of a statue of the Holy ...

A woman prays in front of a statue of the Holy Mary of Fatima in Sao Domingos Church in downtown Lisbon May 5, 2010. Pope Benedict XVI is due to visit Portugal from May 11 to 14  

Man prays as he holds a picture of Pope Benedict ...

A man prays as he holds a picture of Pope Benedict XVI in Sao Domingos Church in downtown Lisbon May 5, 2010. The Pope is due to visit Portugal from May 11 to 14

 

Worker paints miniature sculptures of the Holy ...

A worker paints miniature sculptures of the Holy Mary of Fatima at a workshop in Fatima May 5, 2010. The Pope is due to visit Portugal from May 11 to 14 and more half a million pilgrims are expected at the Fatima shrine during the visit, authorities said.

Worker paints miniature sculptures of the Holy ...

  

Worker paints miniature sculpture of the Holy ...

 

Worker paints miniature sculptures of the Holy ...

 



Two girls sit on a public garden bench in downtown ...

The Pope is due to visit Portugal from May 11 to 14

 

 

 

http://news.yahoo.com/

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 05:10

Nous avons contemplé le Rédempteur instituant les secours sacramentels par lesquels l'homme est élevé et maintenu à l'état de la grâce sanctifiante, depuis le moment de son entrée en ce monde jusqu'à celui de son passage à la vision éternelle de Dieu. Il nous faut maintenant considérer le sublime Sacrement que Jésus a établi pour être la source de laquelle émane sur les hommes cette grâce divine qui prend toutes les formes et s'adapte à tous nos besoins.

 

 L'Ordre est ce Sacrement, et il est ainsi appelé parce qu'il est communiqué à des degrés différents aux membres de l'Eglise qui en sont honorés. De même qu'au ciel les saints Anges sont gradués selon divers rangs inégaux en lumière et en puissance, en sorte que les rangs supérieurs influent sur ceux qui leur sont inférieurs, ainsi dans le Sacrement de l'Ordre, tout est ordonné d'après une harmonie semblable, en sorte que le degré supérieur influe sur celui qui est au-dessous cette puissance et cette lumière qui est la propriété de la Hiérarchie ecclésiastique.

 

 Hiérarchie signifie Principauté sacrée. Cette principauté éclate dans le Sacrement de l'Ordre par trois degrés : l'Episcopat, la Prêtrise, et le Diaconat, dans lequel il faut comprendre les Ordres inférieurs qui en ont été détachés. On appelle cet ensemble Hiérarchie d'Ordre, pour le distinguer de la Hiérarchie de Juridiction. Cette dernière, destinée au gouvernement de la société chrétienne, se compose du Pape, des Evêques et des membres du clergé inférieur auxquels ils ont délégué une portion de leur pouvoir de gouvernement. Nous avons vu comment cette Hiérarchie prend sa source dans l'acte souverain par lequel Jésus, Pasteur des hommes, a donné à Pierre les clefs du Royaume de Dieu. La Hiérarchie d'Ordre, liée intimement à la première, a pour objet la sanctification des hommes par les dons de la grâce dont elle est dépositaire ici-bas.

 

 Au soir de la Pâque, ainsi que nous l'avons rappelé déjà plusieurs fois, Jésus se présente à ses Apôtres et leur dit : "Comme mon Père m'a envoyé, ainsi je vous envoie". Or le Père a envoyé son Fils afin qu'il fût le Pasteur des hommes, et nous avons entendu Jésus dire à Pierre de paître agneaux et brebis. Le Père a envoyé son Fils afin qu'il fût le Docteur des hommes, et nous avons vu Jésus confier à ses Apôtres le dépôt des vérités qui seront l'objet de notre foi. Mais le Père a envoyé son Fils pour être aussi le Pontife des hommes ; il faut donc que Jésus laisse sur la terre, pour y être exercée jusqu'à la fin, cette charge de Pontife qu'il a exercée lui-même dans toute sa plénitude. Or, qu'est-ce que le Pontife ? C'est l'intermédiaire entre le ciel et la terre ; c'est lui qui rattache l'homme à Dieu, qui offre le Sacrifice par lequel la majesté divine est honorée et le péché de l'homme réparé ; c'est lui qui purifie la conscience du pécheur et le rend juste ; lui enfin qui l'unit à Dieu par les mystères dont il est le dispensateur.

 

 Jésus, notre Pontife, a accompli toutes ces choses par l'ordre du Père ; mais le Père veut qu'elles se continuent ici-bas, lorsque son Fils sera monté aux cieux. Il  faut donc que Jésus communique à quelques hommes sa qualité de Pontife par un Sacrement particulier, de même qu'il a conféré à tous ses fidèles l'honneur de devenir ses membres dans le Baptême. L'Esprit-Saint opérera dans ce nouveau mystère, à chacun des degrés du Sacrement. Ce fut lui dont l'opération toute divine produisit la présence du Verbe incarné dans le sein de la Vierge ; ce sera lui qui imprimera sur l'âme de ceux qui lui seront présentés le caractère auguste de Jésus, le Prêtre éternel. Aussi avons-nous vu notre divin Ressuscité, après les paroles que nous venons de rappeler, envoyer son souffle sur les Apôtres et leur dire : "Recevez le Saint-Esprit", montrant ainsi que c'est par une infusion spéciale de l'Esprit du Père et du Fils que ces hommes sont mis en état a d'être envoyés par le Fils, comme le Fils l'a été "lui-même par le Père".

 

 Mais ce ne sera pas par le souffle, qui est réservé au Verbe, principe de vie, que les Apôtres et leurs successeurs conféreront ce nouveau Sacrement. Ils imposeront les mains sur ceux qui auront été élus pour cette charge et cet honneur. A ce moment l'Esprit divin couvrira de son ombre ceux qui ont été mis à part et destinés à cette initiation suprême. La transmission du don céleste se fera ainsi de génération en génération, selon les degrés respectifs, conformément à la volonté de l'Hiérarque par lequel et avec lequel l'Esprit-Saint opère ; et lorsque Jésus redescendra pour juger le monde, il retrouvera transmis et conservé intact sur la terre ce caractère qu'il imprima lui-même en ses Apôtres lorsqu'il leur conféra son Esprit.

 

Contemplons avec amour cette échelle lumineuse de la sainte Hiérarchie que Jésus a dressée pour nous conduire jusqu'au ciel. Au sommet, et dominant les autres degrés, resplendit l'Episcopat qui contient en lui la plénitude de l'Ordre, avec la fécondité pour produire de nouveaux Pontifes, de nouveaux Prêtres, de nouveaux Diacres. Le pouvoir d'offrir le Sacrifice éternel réside en lui, les clefs pour ouvrir et fermer le ciel reposent dans ses mains, tous les Sacrements sont en son pouvoir, la consécration du Chrême et de l'huile sainte lui appartient ; il ne bénit pas seulement, il consacre.

 

 Au-dessous de lui paraît le Prêtre qui est son fils, qu'il a engendré par l'imposition de ses mains ; le Prêtre, dont le caractère est si auguste, mais qui ne possède pas cependant la plénitude du caractère de l'Homme-Dieu. Ses mains, toutes sanctifiées qu'elles sont, n'ont pas reçu la fécondité pour produire d'autres prêtres ; il bénit, mais il ne consacre pas ; il reçoit de l'Evêque le Chrême sacré qu'il est impuissant à faire. Sa dignité est grande cependant ; car le pouvoir d'offrir le Sacrifice est en lui. et son hostie divine est la même que celle du Pontife. Il remet les péchés aux fidèles que le Pontife a placés sous sa conduite. L'administration solennelle du Baptême lui est confiée, quand l'Evêque ne l'exerce pas lui-même, et l'Extrême-Onction lui appartient en propre.

 

 Le degré inférieur est celui du Diacre qui est le serviteur du Prêtre, selon la signification de son nom. Dépourvu du sacerdoce, il ne peut offrir le Sacrifice, il ne peut remettre les péchés, il ne peut donner l'Onction aux mourants ; mais il assiste et sert le Prêtre à l'autel, et pénètre jusque dans la nuée mystérieuse où s'accomplit l'auguste mystère. Les fidèles l'entendent lire avec solennité le saint Evangile du haut de l'ambon. La divine Eucharistie est confiée à sa garde, et il pourrait, au défaut du Prêtre, la distribuer au peuple. Le Baptême pourrait être, dans le même cas, administré par lui solennellement, et il a reçu le pouvoir d'annoncer au peuple la divine parole.

 

 Tels sont les trois degrés de la Hiérarchie d'Ordre, correspondant, selon la doctrine du grand saint Deny, aux trois degrés par lesquels l'homme arrive à s'unir à Dieu : la purification, l'illumination et la perfection. Au Diacre de préparer le catéchumène et le pécheur, en les instruisant de la Parole divine qui les délivrera des erreurs de l'esprit, et leur fera concevoir le repentir de leurs fautes avec le désir d'en être délivrés ; au Prêtre d'éclairer ces âmes, de les rendre lumineuses par le saint Baptême, parla rémission des péchés, par la participation à l'hostie sacrée ; au Pontife de répandre en elles les dons de l'Esprit-Saint, et de les élever, par la contemplation de ce qu'il est lui-même, jusqu'à l'union avec Jésus-Christ, dont il possède le complet caractère de Pontife. C'est là le Sacrement de l'Ordre, moyen essentiel du salut des hommes, canal nécessaire des grâces infinies de la divine Incarnation, et qui perpétue sur la terre la présence et l'action du Rédempteur.

 

 Rendons grâces à Jésus pour ce bienfait inénarrable, et honorons comme le trésor de la terre ce Sacerdoce nouveau qu'il a inauguré en lui-même, et qu'il a ensuite confié à des hommes chargés de continuer dans sa plénitude la mission que le Père lui avait donnée. L'action sacramentelle est le grand ressort du monde ; elle est entre les mains du Sacerdoce.

 

Prions pour ceux qui sont établis dans ces degrés redoutables ; car ces degrés sont tout divins, et ceux qui les occupent ne sont que des hommes. Ils ne forment point une tribu, une caste, comme le sacerdoce de l'ancienne Alliance ; l'imposition des mains les enfante de toute race, de toute famille, et inférieurs par nature aux saints Anges, ils sont au-dessus d'eux par leurs fonctions.

   

DOM GUÉRANGER
L'Année Liturgique

 

 

Les Sept Sacrements : L'Ordination

Partager cet article
Repost0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 15:25

Italian Premier Silvio Berlusconi, left, and ...

Italian Premier Silvio Berlusconi, left, and Kuwaiti Emir Sheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah shake hands as they review the Carabinieri honor guard, in Rome, Tuesday, May 4, 2010.

Italian Prime Minister Berlusconi arrives with ...

Italian Prime Minister Silvio Berlusconi arrives with Emir of Kuwait, Sheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber for a meeting at Villa Madama in Rome May 4, 2010.

Italian Prime Minister Silvio Berlusconi reviews ...

Italian Prime Minister Silvio Berlusconi reviews an honour guard with Emir of Kuwait, Sheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber during a meeting at Villa Madama in Rome May 4, 2010

Italian Premier Silvio Berlusconi, left, and ...

Italian Premier Silvio Berlusconi, left, and Kuwaiti Emir Sheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah review the Carabinieri honor guard, in Rome, Tuesday, May 4, 2010

Italian Prime Minister Silvio Berlusconi shakes ...

Italian Prime Minister Silvio Berlusconi shakes hand with Emir of Kuwait, Sheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber during a meeting at Villa Madama in Rome May 4, 2010

Pope Benedict XVI, right, shakes hands with Kuwait ...

Pope Benedict XVI, right, shakes hands with Kuwait Sheikh Sabah Al Ahmad Al-Jaber Al-Sabah on the occasion of their meeting at the Vatican, on Thursday, May 6, 2010

Pope Benedict XVI, right, poses with Kuwait Sheikh ...

Pope Benedict XVI, right, poses with Kuwait Sheikh Sabah Al Ahmad Al-Jaber Al-Sabah during their meeting at the Vatican, on Thursday, May 6, 2010 

Pope Benedict XVI, right, poses with Kuwait Sheikh ...

Pope Benedict XVI, right, poses with Kuwait Sheikh Sabah Al Ahmad Al-Jaber Al-Sabah during their meeting at the Vatican, on Thursday, May 6, 2010.

 

Pope Benedict XVI, center right, meets with Kuwait ...

Pope Benedict XVI, center right, meets with Kuwait Sheikh Sabah Al Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, center left, and his delegation during their meeting at the Vatican, on Thursday, May 6, 2010

Pope Benedict XVI, right, leafs through an ancient ...

Pope Benedict XVI, right, leafs through an ancient book, given to him by Kuwait Sheikh Sabah Al Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, left, during their meeting at the Vatican, on Thursday, May 6, 2010

Pope Benedict XVI, left, meets with Kuwait Sheikh ...

Pope Benedict XVI, left, meets with Kuwait Sheikh Sabah Al Ahmad Al-Jaber Al-Sabah during their meeting at the Vatican, on Thursday, May 6, 2010

 

 

 

Pope Benedict XVI, right, welcomes Kuwait Sheikh ...

Pope Benedict XVI, right, welcomes Kuwait Sheikh Sabah Al Ahmad Al-Jaber Al-Sabah during their meeting at the Vatican, on Thursday, May 6, 2010

 

 

http://news.yahoo.com/

Partager cet article
Repost0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 08:00

Jésus a pourvu dans les quatre premiers Sacrements aux divers besoins spirituels de l'homme durant sa vie. Le Baptême est la naissance du fidèle, la Confirmation vient l'armer pour le combat, l'Eucharistie est sa nourriture, la Pénitence son remède ; mais le dernier moment de la vie, le plus grave et le plus redoutable de tous, celui qui décide de l'éternité pour chacun de nous, ne semble-t-il pas exiger un secours sacramentel d'un genre nouveau ? Le passage de cette existence à celle qui va la suivre, cette heure d'angoisse et d'espérance, serons-nous réduits à regretter que le Rédempteur n'ait pas songé à les assister de sa protection par l'institution d'un rite destiné à produire le secours spécial dont le mourant éprouve à ce moment le besoin extrême ? Jésus a pourvu à tout, et la grâce de la rédemption a su revêtir une nouvelle forme pour nous visiter et nous fortifier dans cette dernière crise.

 

 Dès avant sa Passion, il montra un indice de ce qu'il méditait pour l'avenir. Envoyant ses disciples devant lui, afin de préparer les peuples à sa prédication, il leur commanda d'oindre les malades avec l'huile ; et les disciples, fidèles à l'ordre de leur Maître, voyaient les infirmes, après l’emploi de ce remède mystérieux, se lever de leurs lits, guéris et consolés. Mais lorsque, après sa résurrection, notre divin Rédempteur s'occupe de doter son Eglise, c'est alors que, pour alléger les douleurs futures de cette mère commune, il assure à ses fils mourants la douce consolation d'un puissant Sacrement établi uniquement pour eux.

 

 L'huile est le symbole de la force ; l'athlète qui veut lutter dans l'arène en baigne ses membres pour les rendre plus agiles et plus souples. C'est pour cette raison que Jésus la choisit comme élément sacramentel, lorsqu'il voulut assurer à notre âme régénérée par le Baptême la vigueur dont elle allait avoir besoin dans les luttes du salut. L'heure de la mort est aussi un combat, et ce combat est le plus redoutable de tous. A ce moment, Satan, sur le point de voir échapper la proie qu'il a convoitée durant toute une vie, redouble d'efforts pour s'en saisir. L'homme, au bord des abîmes de l'éternité, est circonvenu tour à tour par les attaques d'une confiance présomptueuse et celles d'un découragement contraire à l'espérance. D'ici à quelques instants, il va se trouver aux pieds du juge dont la sentence est sans appel ; et les restes du péché gênent encore les mouvements de son âme. Quelle sera sa force dans cette dernière lutte qui va décider du succès final de toutes celles qui ont précédé dans la vie ? N'est-il pas temps que Jésus vienne au secours avec un Sacrement, et un Sacrement qui puisse fournir à son athlète des forces égales à la situation ? Il est venu, notre divin Ressuscité, et sa main sacrée a préparé l'huile de la dernière Onction, non moins puissante que celle de la première : application suprême du sang rédempteur, "qui coule si abondamment avec cette précieuse liqueur".

 

 Et voyez les effets de cette onction que l'Apôtre saint Jacques, instruit de la bouche même du Sauveur, nous décrit dans son Epître. C'est "la rémission même des péchés" ; de ces péchés que la conscience, même attentive, n'avait pas aperçus, et qui n'en pèsent pas moins sur l'âme ; de ces restes du péché remis quant à la coulpe, mais dont les cicatrices n'étaient pas entièrement fermées et exerçaient encore une influence maligne. L'huile sainte s'en va parcourant miséricordieusement chacun des sens qui tour à tour s'avouent pécheurs, et reçoivent aussi tour à tour la purification qui leur est propre. Ces portes ouvertes si périlleusement du côté du monde se ferment l'une après l'autre, et l'âme n'est plus attentive que du côté de l'éternité. Vienne maintenant l'ennemi ; ses attaques n'auront pas de prise. Il comptait sur un adversaire tout terrestre, blessé déjà en cent combats, et il va rencontrer un athlète du Seigneur, plein de vigueur et préparé pour la défense. Le divin Sacrement a opéré cette transformation.

 

 Mais telle est l'étendue des effets de cette onction sacramentelle, qu'étant instituée principalement pour le renouvellement des forces de l'âme, elle a reçu aussi la vertu de rétablir les forces du corps et de rendre la santé aux malades. C'est ce que nous enseigne le même Apôtre saint Jacques : "Le Seigneur, nous dit-il, accordera le soulagement au malade, qui trouvera sa guérison dans l'efficacité de la prière de la foi". La formule sacrée qui accompagne chaque onction dans ce Sacrement a donc la vertu de restaurer les forces physiques de l'homme, en même temps qu'elle chasse les restes du péché, principale cause des misères de l'homme en son corps aussi bien que dans son âme. Tel est le sens des paroles de saint Jacques interprétées par la sainte Eglise ; et l'expérience nous montre encore assez souvent que le divin instituteur de ce Sacrement miséricordieux n'a pas oublié la double promesse dont il a daigné enrichir ce rite auguste. C'est dans cette confiance que le prêtre, après avoir fait les onctions sacrées sur les membres du malade, s'adresse ensuite à Dieu, dans de touchantes supplications, pour lui demander de rendre les forces corporelles à celui dont l'âme vient d'expérimenter la puissance du céleste remède ; et la sainte Eglise regarde comme tellement fondé sur la parole du Christ l'effet sacramentel de l'Extrême-Onction quant au soulagement du corps, qu'elle ne compte pas parmi les miracles proprement dits les guérisons opérées par ce Sacrement.

 

 Offrons donc au vainqueur de la mort l'hommage de notre reconnaissance, à la vue de ce nouveau bienfait de sa compassion pour ses frères. Il a daigné passer par toutes nos misères ; la mort même, nous l'avons vu, n'a pas été exceptée, et les langueurs de l'agonie ne lui ont pas été épargnées. Lorsque, sur l'arbre de la Croix, il était en proie à toutes les angoisses du pécheur mourant, bien qu'il fût la sainteté même, il daigna penser à notre dernier combat, et, dans sa bonté, il dirigea sur les chrétiens agonisants un jet de son sang précieux. De là est provenu le divin Sacrement de l'Extrême-Onction, qu'il promulgue en ces jours, et pour lequel nous lui présentons aujourd'hui nos humbles actions de grâces.

   

 DOM GUÉRANGER
L'Année Liturgique

 

 

Extrême-Onction

Partager cet article
Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 22:35

... hier mardi 4 mai 

A protesting teacher offers red roses to a riot ...

A protesting teacher offers red roses to a riot police officer during a protest outside Greek parliament in central Athens on Tuesday, May 4, 2010

A riot policeman stands guard with a rose handed ...

 

     

Mercredi 5 mai 2010

Trois personnes ont péri dans l'incendie criminel d'une agence bancaire mercredi à Athènes, lors de manifestations contre le plan d'austérité.

Lors de cette journée de grève générale, la troisième depuis le début de l'année, des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans la capitale grecque où de violents affrontements ont opposé des groupes de protestataires aux forces de l'ordre, qui ont tiré des grenades lacrymogènes.

Deux hommes et une femme, qui était enceinte, sont morts asphyxiés dans un immeuble de deux étages qui abritait une agence de la banque Marfin, sur lequel des manifestants ont lancé des cocktails Molotov. Deux bâtiments publics ont également été incendiés. REUTERS 05/05/2010 

 

Passengers sleep under the staires at Athens ...

Passengers sleep under the staires at Athens airport, on Wednesday, May 5, 2010 

Greece rocked by anti-austerity general strike

People walk through the empty departure hall at Athens International airport. A general strike paralysed Greece on Wednesday, May 5, 2010

A passenger waits near empty check-in lines at ...

 

People read newspaper headlines at a kiosk at ...

People read newspaper headlines at a kiosk at the harbour of Piraeus, Greece, on Wednesday, May 5, 2010 

A worker stand behind a stop sign at the entrance ...

A worker stand behind a stop sign at the entrance of a boat in the harbour of Piraeus, Greece, on Wednesday, May 5, 2010

Greece on edge of abyss as riots turn ...

 

Protesters take part in a rally in Athens, Wednesday, ...

Protesters take part during an anti-government rally in Athens on Wednesday May 5, 2010 

Protesters take part during an anti-government ...

 

Riot police clash with demonstrators in central ...

Riot police clash with demonstrators in central Athens, Wednesday, May 5, 2010

A Molotov cocktail explode near riot police in ...

A Molotov cocktail explode near riot police in central Athens, Wednesday, May 5, 2010

Riot policeman falls after being hit with a molotov ...

A riot policeman falls after being ihit with molotov cocktail near the Greek parliament in Athens during a nationwide strike in Greece, May 5, 2010

 

A group of riot police retreat back to Greek ...

A group of riot police retreat back to the steps of the Greek parliament during violent demonstrations over austerity measures in Athens, May 5, 2010

 

Firemen extinguish a fire at a Turkish television ...

Firemen extinguish a fire at a Turkish television van in Athens, Wednesday, May 5, 2010

Riot police stands next to a burning Marfin Egnatia ...

Riot police stands next to a burning Marfin Egnatia Bank, where three people died, in central Athens, Wednesday, May 5, 2010

An employee of Marfin Egnatia Bank, where three ...

An employee of Marfin Egnatia Bank, where three people died, looks on as fires burns in central Athens, Wednesday, May 5, 2010  

A firefighter tries to extinguish a fire at the ...

A firefighter tries to extinguish a fire at the branch of Marfin Egnatia Bank, where three people died, in central Athens, Wednesday, May 5, 2010

A fireman stands next to the body of a person ...

A fireman stands on a balcony next to the body of a person who perished in a bank that was set on fire during demonstrations in Athens, May 5, 2010

A medic prepares to remove the body of a person ...

A medic prepares to remove the body of a person who perished in a bank that was set on fire during demonstrations in Athens, May 5, 2010.

Fire fighters and police remove one of the three ...

Fire fighters and police remove one of the three burned bodies who died inside the Marfin Egnatia Bank in central Athens, Wednesday, May 5, 2010

Police guard the scene of a burned-out bank during ...

Police guard the scene of a burned-out bank where it was reported several people perished during a nationwide strike in Greece, May 5, 2010

An unidentified relative arrives at the scene ...

An unidentified relative arrives at the scene after the people perished in a bank that was set on fire during demonstrations in Athens, May 5, 2010

Riot police stand outside the burned branch of ...

Riot police stand outside the burned branch of Marfin Egnatia Bank, where three people died, in central Athens, Wednesday, May 5, 2010

A bank employee reacts after being rescued from ...

A bank employee reacts after being rescued from a fire that broke out when the bank was attacked during anti-government protests in central Athens, Wednesday, May 5, 2010

 

Firefighters extinguish a fire at the Finance ...

Firefighters extinguish a fire at the Finance Ministry's department in central Athens, Wednesday, May 5, 2010.

 

Riot police pass in the Bank of Greece headquarters ...

Riot police pass in the Bank of Greece

 

A Greek Orthodox priest walks in front of policemen ...

A Greek Orthodox priest walks in front of policemen during a protest against the government's austerity measures outside Greece's Finance Ministry in Athens May 3, 2010.

 

Greece agrees austerity plan, unions vow battle

A man walks in downtown Athens next to a slogan reading 'We do not agree - We have war'

 

 

http://news.yahoo.com/

Partager cet article
Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 04:00

La miséricorde du Rédempteur a donné naissance au quatrième Sacrement, dont nous contemplons aujourd'hui les merveilles. Jésus connaît la faiblesse de l'homme : il sait que, chez le plus grand nombre, la grâce reçue dans le Baptême ne se conservera pas, que le péché viendra le plus souvent flétrir cette plante que la rosée du ciel avait nourrie, et qui, après sa croissance et sa floraison, devait être transplantée dans les jardins de l'éternité. N'y aura-t-il plus d'espoir qu'elle revive, cette fleur autrefois si suave, maintenant fanée comme l'herbe des champs que la faux a coupée ? Celui-là seul qui l'avait produite pourrait lui rendre la vie. Ô prodige de bonté ! c'est ainsi qu'il a daigné agir. Plus jaloux du salut du pécheur que de sa propre gloire, il a préparé, comme disent les Pères, une seconde planche pour le second naufrage. Le saint Baptême avait été la première après le premier naufrage ; mais le péché mortel est venu replonger l'âme dans l'abîme. Désormais retombée au pouvoir de son ennemi, elle gémit dans des liens qu'il n'est pas en son pouvoir de rompre, et ces liens l'enchaînent pour l'éternité.

 

 Aux jours de sa vie mortelle, Jésus, qui était venu "non pour juger le monde, mais pour le sauver", annonça, dans sa compassion pour les âmes qu'il venait racheter, que ces liens encourus par l'ingratitude du pécheur céderaient devant un pouvoir qu'il daignerait un jour établir. Parlant à ses Apôtres, il leur déclara "que tout ce qu'ils auraient délié sur la terre serait en même temps délié dans le ciel". Depuis cette parole si solennelle, Jésus a offert son Sacrifice sur la croix ; son sang d'un prix infini a coulé pour l'expiation surabondante des péchés du monde. Un tel Rédempteur ne saurait oublier l'engagement qu'il a pris. Rien au contraire ne lui tient plus à cœur que de le remplir ; car il connaît les redoutables périls que court notre salut. Le soir même de sa résurrection, il apparaît à ses Apôtres, et dès les premières paroles qu'il leur adresse, il s'empresse de dégager la promesse qu'il fit autrefois. On y sent comme une miséricordieuse impatience de ne pas laisser plus longtemps l'homme dans ces liens humiliants et terribles qu'il a encourus. A peine a-t-il répandu dans leurs âmes son Esprit-Saint en soufflant sur eux, que tout aussitôt il ajoute : "Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur sont remis". Et remarquez ici, avec toute l'Eglise, l'énergie de ces paroles : "ils leur sont remis". Jésus ne dit pas : "ils leur seront remis". Ce n'est plus la promesse, c'est le don lui-même. Les Apôtres n'ont pas fait usage encore du divin pouvoir que Jésus leur confère, et déjà toutes les sentences d'absolution qu'eux et leurs successeurs dans ce noble ministère rendront jusqu'à la fin des siècles, sont confirmées au ciel.

 

 Gloire soit donc à notre divin Ressuscité qui a daigné abaisser toutes les barrières de sa justice, pour laisser passage au torrent de sa miséricorde ! Que toute créature humaine chante à son honneur ce beau cantique dans lequel David, entrevoyant les merveilles qui devaient apparaître dans la plénitude des temps, célébrait cette Rémission des péchés, dont les Apôtres devaient faire l'un des articles de leur Symbole :

" Ô mon âme, s'écriait le Roi-Prophète, bénis le Seigneur ; que toutes tes puissances s'unissent pour exalter son saint Nom ; car c'est lui-même qui te pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes maladies, et qui rachète ton âme du trépas.  

" Semblable à l'aigle, tu recouvres ta première jeunesse ; car le Seigneur est miséricordieux jusqu'à l'excès, et sa colère n'est pas éternelle contre nous. Il a daigné ne pas nous traiter selon nos péchés, et maintenant nos iniquités sont aussi loin de nous que l'orient l'est du couchant.  

" Comme un père a pitié de ses enfants, ainsi le Seigneur a eu pitié de ceux qui le craignent ; car il connaît l'argile dont nous sommes formés. Il sait que nous ne sommes que poussière, que la vie de l'homme est comme la durée de l'herbe des champs. Il sait que le souffle qui nous anime passe en un moment, et qu'après un peu de temps, on ne retrouve déjà plus la trace de l'homme ici-bas. Mais la miséricorde du Seigneur est en rapport avec son éternité ; et jusqu'à la fin, il daigne l'offrir à ceux qui le craignent. Bénis donc le Seigneur, ô mon âme !"

 

 Mais nous, enfants de la promesse, nous connaissons mieux encore que David l'étendue des miséricordes du Seigneur. Jésus ne s'est pas contenté de nous dire que le pécheur recourant avec un humble repentir à la divine Majesté au plus haut des cieux, pourra obtenir son pardon ; car la réponse de miséricorde n'étant pas sensible, une anxiété terrible viendrait trop souvent traverser notre espérance ; ce sont des hommes qu'il a chargés de traiter avec nous en son nom. "Afin que toute créature sache que le Fils de l'homme a le pouvoir de remettre les péchés sur la terre", il a donné pouvoir à ses délégués de prononcer sur nous une sentence d'absolution que nos oreilles seront à même d'entendre, et qui portera jusqu'au fond de nos âmes repentantes la douce confiance du pardon.

 

Ô Sacrement ineffable par la vertu duquel le ciel, qui sans lui serait resté presque désert, est peuplé d'innombrables élus, "qui chanteront éternellement les miséricordes du Seigneur" !

 

 Ô puissance irrésistible des paroles de l'absolution, qui empruntent sa force infinie au sang de la Rédemption, et entraînent après elles toutes les iniquités qui vont se perdre dans l'abîme des divines miséricordes ! L'éternité des douleurs eût roulé sur ces iniquités toutes ses vagues brûlantes, sans leur apporter l'expiation ; et il a suffi de la parole sacerdotale : Je vous absous, pour les faire évanouir sans retour.

 

 Tel est le divin Sacrement de la Pénitence, où, en retour de l'humble confession de ses péchés et du regret sincère de les avoir commis, l'homme rencontre le pardon, et non une fois dans sa vie, mais toujours ; non pour un genre de péchés, mais pour tous. Dans son envie contre le genre humain racheté par un Dieu, Satan a voulu ravir un tel don à l'homme, en lui ôtant la foi à cet ineffable bienfait de Jésus ressuscité. Que n'a pas dit l'hérésie contre cet auguste Sacrement ? D'abord elle osa prétendre qu'il obscurcissait la gloire du saint Baptême, tandis qu'au contraire il l'honore en la renouvelant sur les ruines du péché. Plus tard, elle voulut exiger comme absolument nécessaires au Sacrement des dispositions tellement parfaites, que l'absolution trouverait l'âme déjà réconciliée avec Dieu : piège dangereux dans lequel le jansénisme sut prendre un si grand nombre de chrétiens, perdant les uns par l'orgueil, et les autres par le découragement. Enfin elle a produit ce dicton huguenot trop souvent répété dans notre société incroyante : "Je confesse mes péchés à Dieu" ; comme si Dieu offensé n'était pas maître de fixer les conditions auxquelles il veut bien remettre l'offense.

 

Les divins Sacrements ne peuvent être acceptés que par la Foi ; et cela doit être, puisqu'ils sont divins ; mais celui de la Pénitence est d'autant plus cher au fidèle, qu'il humilie plus profondément son orgueil, en le contraignant de demander à l'homme ce que Dieu aurait pu directement accorder. "Allez, et faites-vous voir aux prêtres", disait Jésus aux lépreux qu'il lui plaisait de guérir : nous devons trouver tout simple qu'il procède de même quand il s'agit de la lèpre des âmes.

   

DOM GUÉRANGER
L'Année Liturgique

 

 

Confession

Partager cet article
Repost0
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 16:00

Aîné du plus important prophète de l'Histoire, Aharon déroge à la difficile série des frères jaloux et amers. Né en l'an 2365 du calendrier hébraïque, il a trois ans de plus que Moïse.

 

Fondateur de la prêtrise, il est aussi le premier Cohen Gadol. Son personnage est plus discret, mais son rôle se révélera prépondérant, tout au long de la destinée du peuple hébreu. Car si Moïse incarne le chef d'Israël dans toute sa splendeur, il n'a pas accompli sa tâche seul. Aharon, son frère, est présent à ses côtés. Et jusque dans la mort, leur lien restera intrinsèquement étroit.

 

> Aharon, le grand frère...  Portraits  Le Jerusalem Post Édition Française

 

 

Moïse avec les Tables de la Loi

Partager cet article
Repost0