Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

    

 

SALVE REGINA

15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 13:23

Après avoir transgressé la Loi, Jésus veut que cet homme guéri respecte l’obligation légale, afin que soit porté ce témoignage des œuvres du Père que Jésus accomplit. Jésus ainsi exerce sa puissance avec une souveraine liberté, par rapport à la Loi, par rapport aux hommes.

Il nous montre, aujourd’hui comme hier, que quelle que soit notre misère physique ou morale, Il ne rejette personne qui s’approche de lui avec humilité.

L’essentiel est de reconnaître sa faute et sa misère au lieu de se justifier, ou de se condamner soi-même dans un isolement orgueilleux ou honteux.

Ouvrons notre cœur à cette immense miséricorde et jetons-nous aux pieds du Sauveur : « Si tu le veux , tu peux me purifier »

Père Pascal Roux
Saint Louis d'Antin






Lever du jour
(le 15 Février 2009 à 07h54)
par romèze01 sur Infoclimat 

Repost 0
Published by assumhenri@yahoo.fr - dans méditations
commenter cet article
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 21:12
il n'est pas nécessaire d'être en tenue... d'ailleurs ça déménage !


Repost 0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 06:01


" Reste avec nous, Seigneur, car le jour est sur son déclin " (Lc 24, 29). Les disciples d'Emmaüs avaient le cœur déjà tout brûlant au-dedans d'eux-mêmes après avoir entendu expliquer sur le chemin, les merveilles du plan de salut révélé dans les Écritures. Par la fraction du pain, le Seigneur achève de se révéler à eux, ressuscité, dans la plénitude de son amour.


Nous sommes à Montmartre, dans la basilique du Sacré-Cœur, consacrée à la contemplation de l'amour du Christ présent dans le Saint-Sacrement. Ici, jour et nuit, des chrétiens se rassemblent et se succèdent pour rechercher " les insondables richesses du Christ " (Ep 3,8-19)

Nous venons ici à la rencontre du Cœur transpercé pour nous, d'où jaillissent l'eau et le sang. C'est l'amour rédempteur, qui est à l'origine du salut, de notre salut, qui est à l'origine de l'Église.


Nous venons ici contempler l'amour du Seigneur Jésus : sa bonté compatissante pour tous durant sa vie terrestre ; son amour de prédilection pour les petits, les malades, les affligés. Contemplons son cœur brûlant d'amour pour son Père, dans la plénitude du Saint Esprit. Contemplons son amour infini, celui du Fils éternel, qui nous conduit jusqu'au mystère même de Dieu.


Maintenant encore, aujourd'hui, le Christ vivant nous aime et nous présente son cœur comme la source de notre rédemption : " Semper vivens ad inter pellandum pro nobis " (Hb 7, 25). A chaque instant, nous sommes enveloppés, le monde entier est enveloppé, dans l'amour de ce cœur " qui a tant aimé les hommes et qui en est si peu aimé ".

" Je vis, dit saint Paul, dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé, et qui s'est livré pour moi " (Ga 2, 2o). La méditation de l'amour du Seigneur passe nécessairement par celle de sa passion : " Il s'est livré pour moi ". Ceci implique que chacun prenne conscience non seulement du péché du monde en général, mais de ce péché par lequel chacun est réellement en cause, négativement, dans les souffrances du Seigneur.

Cette méditation de l'amour manifesté dans la Passion doit aussi nous conduire à vivre conformément aux exigences du baptême, à cette purification de notre être par l'eau jaillie du cœur du Christ ; à vivre conformément à l'appel qu'il nous adresse chaque jour par sa grâce. Puisse-t-il nous donner maintenant " de veiller et de prier " pour ne plus succomber à la tentation ! Qu'il nous donne d'entrer spirituellement dans son mystère ; d'avoir en nous, comme dit encore saint Paul, les sentiments qui étaient dans le Christ Jésus... " qui s'est fait obéissant jusqu'à la mort " (Ph 2,5-8).

Par-là, nous sommes appelés à répondre pleinement à son amour, à lui consacrer nos activités, notre apostolat, toute notre vie.


Ce mystère de l'amour du Christ, nous ne sommes pas appelés à le méditer et à le contempler seulement ; nous sommes appelés à y prendre part. C'est le mystère de la sainte Eucharistie, centre de notre foi, centre du culte que nous rendons à l'amour miséricordieux du Christ manifesté dans son Sacré-Cœur, mystère qui est adoré ici nuit et jour, dans cette basilique, qui devient par-là même un de ces centres d'où l'amour et la grâce du Seigneur rayonnent mystérieusement mais réellement sur votre cité, sur votre pays et sur le monde racheté.

Dans la sainte Eucharistie, nous célébrons la présence toujours nouvelle et active de l'unique sacrifice de la croix dans lequel la Rédemption est un événement éternellement présent, indissolublement lié à l'intercession même du Sauveur.

Dans la sainte Eucharistie, nous communions au Christ lui-même, unique prêtre et unique hostie, qui nous entraîne dans le mouvement de son offrande et de son adoration, lui qui est la source de toute grâce.

Dans la sainte Eucharistie - c'est aussi le sens de l'adoration perpétuelle - nous entrons dans ce mouvement de l'amour d'où découle tout progrès intérieur et toute efficacité apostolique : " Quand j'aurai été élevé de terre, j'attirerai à moi tous les hommes " (Jn 12,32). 



Jean-Paul II   
(lors de sa visite au Sacré-Coeur en 1980)












photos : Jean-Paul II au Sacré-Cœur en 1980


Acclamé sur le parvis de Montmartre par une foule considérable, le Pape entre vers minuit dans la basilique, monte au chœur, se prosterne longuement devant le Saint Sacrement exposé et se joint aux prières des adorateurs ; après quoi, il se rend à l'ambon pour lire la méditation.

Avant de quitter la basilique pour donner sa bénédiction sur la ville de Paris, il ajoute en substance : "Je vous confesse que cette visite est un instant privilégié pour moi et pour toute ma vie " ; il recommande ensuite aux prières des adorateurs " l'Église et le monde entier ".

Repost 0
Published by assumhenri@yahoo.fr - dans méditations
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 03:00


Bernard, après avoir appris pendant quelque temps à converser avec les hommes, à agir comme eux et à supporter les choses inhérentes à l'humanité, commença à goûter au milieu de ses frères et avec eux les fruits de son changement de vie. Son père, qui était demeuré seul à la maison, vint rejoindre ses enfants et partager leur genre de vie. Après avoir passé ainsi quelque temps avec eux, il mourut dans une heureuse vieillesse.

Leur sœur  Ombeline, qui était restée dans le monde où elle s'était mariée, y menait une vie toute mondaine, au milieu de tous les dangers qui accompagnent les richesses de la terre. Un jour pourtant, Dieu lui inspira la pensée d'aller voir ses frères, mais lorsqu'elle fut arrivée pour voir son vénérable frère, et qu'elle attendait avec une suite nombreuse et magnifique qu'il vînt recevoir sa visite, Bernard ne lui témoigna que de l'horreur et une sorte d'aversion comme pour une personne qui aidait elle-même le démon à dresser des piéges aux âmes pour les prendre, et il ne voulut point se montrer à elle pour recevoir sa visite.

En apprenant son refus, cette femme se sentit toute couverte de confusion, et, profondément affligée de voir que aucun de ses frères ne daignait se déranger pour la recevoir, elle ne put s'empêcher de fondre en larmes en entendant les reproches que son frère André, qu'elle avait trouvé à la porte du monastère, lui adressait au sujet du luxe de vêtements dont elle environnait le fumier de son corps. Je ne suis qu'une pécheresse, sans doute, s'écria-t-elle, mais c'est pour les pécheurs que le Christ est mort, et c'est précisément parce que je suis pécheresse que je recherche l'entretien des saints, et si mon frère méprise mon corps, que le serviteur de Dieu ait pitié de mon âme. Qu'il vienne, qu'il parle et ordonne, tout ce qu'il me prescrira, je suis prête à le faire ! 

Fort de cette promesse, Bernard vint la voir avec ses autres frères. Comme il ne pouvait la séparer de son mari, il commença par lui défendre toute recherche mondaine et tout luxe dans les vêtements, toutes les pompes et les vanités du monde, lui ordonna ensuite d'imiter la vie dont leur mère leur avait donné l'exemple pendant les longues années qu'elle passa avec son mari, puis il la congédia. 

Ombeline se soumit très-religieusement à ses recommandations et revint chez elle changée du tout au tout, par un effet de la toute puissance de la main du Très-Haut. Tout le monde vit avec un profond étonnement cette femme jeune, noble, délicate, changer tout-à-coup de manière de vivre, renoncer à la parure et au luxe pour mener la vie d'une ermite dans le monde, s'adonner aux veilles, aux jeûnes et à la prière, et vivre tout-à-fait étrangère au monde. Elle vécut ainsi pendant deux ans avec son mari, qui, la seconde année, rendant gloire à Dieu et n'osant pas se permettre de profaner le temple du Saint-Esprit, se laissa vaincre enfin par la force de sa persévérance et, la laissant libre de le quitter, lui permit de se donner selon le rite de l’Église, au service de Dieu, à qui elle s'était consacrée.

Profitant donc de la liberté qu'elle avait si longtemps désirée, elle se rendit au monastère de Juilly, et y consacra à Dieu le reste de sa vie, parmi les saintes femmes qui s'y trouvaient déjà réunies. Là, le Seigneur lui fit la grâce de l'élever à un tel degré de sainteté, qu'elle montra bien, non moins par l'âme que par le corps, qu'elle était sœur de tous ces hommes de Dieu.



VIE ET GESTES DE SAINT BERNARD PREMIER ABBÉ DE CLAIRVAUX

PAR GUILLAUME, QUI APRÈS AVOIR ÉTÉ ABBÉ DE SAINT THIERRY, PRÈS DE REIMS, DEVINT SIMPLE RELIGIEUX DE LIGNY, OÙ IL ÉCRIVIT

CHAPITRE VI. Grande confiance de Bernard en Dieu dans les moments les plus difficiles; son zèle pour la perfection ; conversion de sa sœur

LIVRE I

ABBAYE SAINT BENOÎT DE PORT-VALAIS






Eglise d'Orgelet

Ce tableau constitue la seule pièce existante de l'ancien couvent des Bernardins d'Orgelet, fondé en 1652

Inscription donnant l'identité du modèle : STE OMBELINE SOEUR DE ST BERNARD


huile sur toile pendant restauration

Repost 0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 09:10


S'endormir dans les bras de Notre-Dame,
Comme un petit enfant,
Lui offrir son âme,
Son amour et son esprit confiant.

La suivre dans la nuit,
Sans jamais se retourner,
La suivre dans la vie,
Sans jamais cesser d'aimer.

S'endormir dans les bras de Notre-Dame,
Le cœur remplit d'espérances,
Sécher toutes les larmes,
Donner un sens à l'existence.

La prier à tout moment,
Sans jamais douter,
La prier instamment,
Sans jamais la renier.

S'endormir dans les bras de Notre-Dame,
Avec une fidélité sans faille,
S'incliner devant sa flamme,
Où l'amour jaillit tel un feu de paille.

La rechercher en toutes situations,
Implorer par elle son fils Bien-Aimé,
La rechercher sans jamais se décourager,
Sur les chemins de la vérité
.


28 mai 2002
Notre Dame de Lourdes
Florence Saillen   






photo : Assomption




ici d'autres poèmes de Florence Saillen

Repost 0
Published by assumhenri@yahoo.fr - dans méditations
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 11:26

"Puisque ta grâce est notre unique espoir, garde nous sous ta constante protection" prions-nous avec l’oraison de ce dimanche.

A la fin de la première journée missionnaire de Jésus, la grâce s’est répandue sur Capharnaüm. Quel espoir a du apporter sur la ville le grand nombre de guérisons et de démons chassés ! Comment les habitants de Capharnaüm n’auraient-ils pas désiré aussi cette "constante protection" en gardant Jésus chez eux ?

Mais Jésus s’éclipse. Il lui faut prier seul. Il lui faut annoncer l’Evangile avec ses disciples par toute la Galilée.

Il reviendra à Capharnaüm, il fera encore des miracles et espérera ardemment sa conversion. Mais la grâce de l’Evangile ne peut se limiter à un groupe particulier. Ce n’est qu’en la désirant universelle, pour tous, y compris nos ennemis, que nous la recevrons en particulier. Car elle est apprentissage de l’amour, et c’est l’amour qui nous protège, l’amour tout-puissant de notre Dieu.


une Sœur de Chalais




Repost 0
Published by Assum - dans méditations
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 21:02

Le musicien Jordi Savall, apôtre de la diversité au service de la paix

PARIS (AFP jeudi 5 février 2009) — Acteur majeur du renouveau de la musique ancienne, l'Espagnol Jordi Savall se fait modestement mais inlassablement le chantre de la diversité, en réunissant musiciens arabes et israéliens autour d'un credo : "Malgré les différences, nous sommes capables de vivre ensemble".

Le Catalan, "ambassadeur de l'Union européenne pour le dialogue des cultures" en 2008, a été nommé la même année "artiste de l'Unesco pour la paix" en compagnie de sa femme, la soprano Montserrat Figueras.

Connu des amateurs de musique ancienne depuis les années 1970, Jordi Savall, 67 ans, a été révélé au grand public en interprétant la musique du film "Tous les matins du monde" (1991), qui a contribué à redonner ses lettres de noblesse à son instrument, la viole de gambe.

Ses centres d'intérêt ont depuis longtemps débordé l'Europe médiévale et baroque pour interroger les rapports entre Orient et Occident. A l'automne, Jordi Savall a publié chez Alia Vox -- son label -- un ambitieux livre-disque célébrant "Jérusalem, la ville des deux paix" (céleste et terrestre), historiquement convoitée par les trois monothéismes.

Le chef d'orchestre et gambiste a mené ce projet avec ses chanteurs de La Capella Reial de Catalunya, ses instrumentistes de l'ensemble Hespèrion XXI et des musiciens venus d'Israël, de Palestine, mais aussi d'Irak, d'Afghanistan, de Turquie et d'Arménie.

"Jérusalem est un bien commun, qui appartient à différentes manières de voir le monde. Tant qu'on ne comprend pas qu'il doit être partagé, il y aura souffrance et guerre", explique à l'AFP Jordi Savall lors d'un passage à Paris.

"Si l'on n'accepte pas l'autre, si on lui nie le droit à l'existence, c'est la fin de la civilisation. C'est ce qui a abouti à Auschwitz. Malheureusement, même ceux qui ont souffert d'Auschwitz ne se rendent pas toujours compte de cela, on l'a vu avec ce qui est arrivé à Gaza", estime le musicien.

Jordi Savall a dirigé son programme "Jérusalem" en juin dernier dans la ville trois fois sainte, dans le cadre du Festival d'Israël.

"On m'a dit: Il y a trop de musique arabe sur ton disque, tu vas te faire massacrer à Jérusalem ! Un Palestinien a interprété un chant juif, c'était très provocateur. Mais le public a applaudi parce que c'était beau. Cela prouve que la diversité est un enrichissement, alors qu'elle est aujourd'hui trop souvent perçue comme un prélude à la disgrâce".

L'Espagnol ne surestime pas les effets bénéfiques de la musique. "Dans les époques anciennes, elle a été très liée au pouvoir : ce qui effrayait quand les troupes turques arrivaient dans une ville, c'était la masse des trompettes qui les précédaient", rappelle-t-il.

"Mais en même temps, c'est à travers le chant que l'on exprime peut-être de la manière la plus profonde la spiritualité de l'homme". Et Jordi Savall de citer l'exemple, repris sur son disque, de Shlomo Katz, qui a échappé en 1941 à son exécution à Auschwitz après avoir ému un officier nazi avec un "chant aux morts".

Le chef et violiste dit avoir un "privilège énorme": "Je fais 150 concerts par an, ce qui me donne l'occasion de rencontrer beaucoup de gens et de faire passer un message".

"Ce que nous faisons ne vas pas changer les choses dans l'immédiat, reconnaît-il. Mais ça laisse quand même des traces dans le coeur des gens, c'est ça qui nous réconforte et nous tient debout".




Jordi Savall, messager musical de la paix

autre article complémentaire à Jérusalem par Jean-Louis Validire 04/07/2008 
Le Figaro





Jordi Savall au concert de Jérusalem






Jérusalem 
~ Jordi Savall (Compositeur), Figueras (Interprète), Hespèrion XXI (Orchestre)












Haydn : Septem Verba Christi in Cruce 
~ Franz Joseph Haydn (Compositeur), Jordi Savall (Chef d'orchestre), Le Concert des Nations (Orchestre), Francisco Rojas (Chant)

Repost 0