Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

    

 

SALVE REGINA

29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 04:00

Lorsqu'ils approchaient de Jérusalem, étant près de Béthanie, vers la montagne des Oliviers, Jésus envoya deux de ses disciples, et leur dit : Allez à ce village qui est devant vous ; et sitôt que vous y serez entrés, vous trouverez un ânon lié, sur lequel nul homme n’a encore monté ; déliez-le, et me l’amenez. Si quelqu’un vous demande, Pourquoi faites-vous cela ? dites-lui : C’est que le Seigneur en a besoin. Et aussitôt il le laissera amener ici.

 

S’en étant donc allés, ils trouvèrent l’ânon qui était attaché dehors auprès d’une porte entre deux chemins, et ils le délièrent. Quelques-uns de ceux qui étaient là, leur dirent : Que faites-vous ? Pourquoi déliez-vous cet ânon ? Ils leur répondirent comme Jésus leur avait ordonné ; et ils le leur laissèrent emmener.

 

Ainsi ayant amené l’ânon à Jésus, ils le couvrirent de leurs habits, et il monta dessus.

 

Plusieurs aussi étendirent leurs vêtements le long du chemin : d’autres coupaient des branches d’arbres, et les jetaient par où il passait. Et tant ceux qui marchaient devant, que ceux qui suivaient, criaient : Hosanna, salut et gloire ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! béni soit le règne de notre père David, que nous voyons arriver ! Hosanna, salut et gloire, au plus haut des cieux !

 

 

ÉVANGILE DE SAINT MARC

 

La Sainte Bible traduite par Lemaistre de Sacy

 

L'Entrée du Christ à Jérusalem, François de Nomé

L'Entrée du Christ à Jérusalem, François de Nomé

Aussitôt que le matin fut venu, les princes des prêtres, avec les sénateurs et les scribes, et tout le conseil, ayant délibéré ensemble, lièrent Jésus, l’emmenèrent, et le livrèrent à Pilate. Pilate l’interrogea, en lui disant : Êtes-vous le Roi des Juifs ?

Jésus lui répondit : Vous le dites.

Or, comme les princes des prêtres formaient diverses accusations contre lui, Pilate l’interrogeant de nouveau, lui dit : Vous ne répondez rien ? Voyez de combien de choses ils vous accusent.

Mais Jésus ne répondit rien davantage ; de sorte que Pilate en était tout étonné.

 

Or il avait accoutumé de délivrer à la fête de Pâque celui des prisonniers que le peuple demandait. Et il y en avait un alors, nommé Barabbas, qui avait été mis en prison avec d’autres séditieux, parce qu’il avait commis un meurtre dans une sédition. Le peuple étant donc venu devant le prétoire, commença à lui demander la grâce qu’il avait toujours accoutumé de leur faire.

Pilate leur répondit : Voulez-vous que je vous délivre le Roi des Juifs ?

Car il savait que c’était par envie que les princes des prêtres le lui avaient mis entre les mains. Mais les princes des prêtres excitèrent le peuple à demander qu’il leur délivrât plutôt Barabbas.

Pilate leur dit encore : Que voulez-vous donc que je fasse du Roi des Juifs ?

Mais ils crièrent de nouveau, et lui dirent : Crucifiez-le !

Pilate leur dit : Mais quel mal a-t-il fait ?

Et eux criaient encore plus fort : Crucifiez-le !

Enfin Pilate voulant satisfaire le peuple, leur délivra Barabbas ; et ayant fait fouetter Jésus, il le livra pour être crucifié.

 

Alors les soldats l’ayant emmené dans la cour du prétoire, assemblèrent toute la cohorte. Et l’ayant revêtu d'un manteau de pourpre, ils lui mirent sur la tête une couronne d’épines entrelacées : puis ils commencèrent à le saluer, en lui disant : Salut au Roi des Juifs ! Ils lui frappaient la tête avec un roseau, et lui crachaient au visage, et se mettant à genoux devant lui, ils l’adoraient. Après s’être ainsi joués de lui, ils lui ôtèrent ce manteau de pourpre ; et lui ayant remis ses habits, ils l’emmenèrent pour le crucifier.

 

Et comme un certain homme de Cyrène, nommé Simon, père d’Alexandre et de Rufus, revenant des champs, passait par là, ils le contraignirent de porter la croix de Jésus.

 

Et ensuite l’ayant conduit jusqu’au lieu appelé Golgotha, c’est-à-dire, le lieu du Calvaire, ils lui donnèrent à boire du vin mêlé avec de la myrrhe ; mais il n’en prit point. Et après l’avoir crucifié, ils partagèrent ses vêtements, les jetant au sort pour savoir ce que chacun en aurait.

 

Il était la troisième heure du jour, quand ils le crucifièrent.

 

Et la cause de sa condamnation était marquée par cette inscription : Le Roi des Juifs.

Ils crucifièrent aussi avec lui deux voleurs, l’un à sa droite, et l’autre à sa gauche.

Ainsi cette parole de l’Écriture fut accomplie : Et il a été mis au rang des méchants.

Ceux qui passaient par là, le blasphémaient en branlant la tête, et lui disant : Eh bien ! toi qui détruis le temple de Dieu, et qui le rebâtis en trois jours ! sauve-toi toi-même, et descends de la croix. Les princes des prêtres, avec les scribes, se moquant aussi de lui entre eux, disaient : Il en a sauvé d’autres, et il ne peut se sauver lui-même. Que le Christ, le Roi d’Israël, descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions. Et ceux qui avaient été crucifiés avec lui, l’outrageaient aussi de paroles.

 

À la sixième heure du jour, les ténèbres couvrirent toute la terre jusqu’à la neuvième.

Et à la neuvième heure, Jésus jeta un grand cri, en disant : Éloï ! Éloï ! lamma sabachthani ?

c’est-à-dire, Mon Dieu ! mon Dieu ! pourquoi m’avez-vous abandonné !

Quelques-uns de ceux qui étaient présents, l’ayant entendu, disaient : Voilà qu’il appelle Élie. Et l’un d’eux courut emplir une éponge de vinaigre, et l’ayant mise au bout d’un roseau, il la lui présenta pour boire, en disant : Laissez, voyons si Élie viendra le détacher de la croix.

 

Alors Jésus ayant jeté un grand cri, rendit l’esprit.

 

En même temps le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas.

Et le centurion qui était là présent vis-à-vis de lui, voyant qu’il avait expiré en jetant ce grand cri, dit : Cet homme était vraiment Fils de Dieu.

 

 

ÉVANGILE DE SAINT MARC

 

La Sainte Bible traduite par Lemaistre de Sacy

 

Crucifixion, Lorenzo Monaco

Crucifixion, Lorenzo Monaco

Repost 0
Published by un pèlerin - dans ÉVANGILE
commenter cet article
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 05:00

Plusieurs d’entre les Juifs, qui étaient venus voir Marie et Marthe, et qui avaient vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui.

 

Mais quelques-uns d’eux s’en allèrent trouver les pharisiens, et leur rapportèrent ce que Jésus avait fait. Les princes des prêtres et les pharisiens tinrent donc conseil ensemble, et dirent : Que faisons-nous ? Cet homme fait plusieurs miracles. Si nous le laissons faire, tous croiront en lui ; et les Romains viendront, et ruineront notre ville et notre nation. Mais l’un d’eux, nommé Caïphe, qui était le grand prêtre de cette année-là, leur dit : Vous n’y entendez rien ; et vous ne considérez pas qu’il vous est avantageux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que toute la nation ne périsse point.

 

Or il ne disait pas ceci de lui-même : mais étant grand prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation des Juifs ; et non seulement pour cette nation, mais aussi pour rassembler et réunir les enfants de Dieu, qui étaient dispersés.

 

Ils ne pensèrent donc plus depuis ce jour-là, qu’à trouver le moyen de le faire mourir. C’est pourquoi Jésus ne se montrait plus en public parmi les Juifs ; mais il se retira dans une contrée près du désert, en une ville nommée Éphrem, où il se tint avec ses disciples.

 

Or la Pâque des Juifs était proche ; et plusieurs de ce quartier-là étant allés à Jérusalem avant la Pâque pour se purifier, ils cherchaient Jésus, et se disaient dans le temple les uns aux autres : Que pensez-vous de ce qu’il n’est point venu à ce jour de fête ?

 

Mais les princes des prêtres et les pharisiens avaient donné ordre, que si quelqu’un savait où il était, il le découvrît, afin qu’ils le fissent prendre.

 

 

ÉVANGILE DE SAINT JEAN

 

5ème semaine de carême, samedi

La Sainte Bible traduite par Lemaistre de Sacy

 

Le Mur des Lamentations, photographie d'Anthony Baratier, Jérusalem, mars 2012

Le Mur des Lamentations, photographie d'Anthony Baratier, Jérusalem, mars 2012

Repost 0
Published by un pèlerin - dans ÉVANGILE
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 05:00

Comme Élisabeth était dans son sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé de Dieu en une ville de Galilée, appelée Nazareth,

à une vierge qu’un homme de la maison de David, nommé Joseph, avait épousée ; et cette vierge s’appelait Marie.

 

L’ange étant entré où elle était, lui dit : Je vous salue, ô pleine de grâce ! le Seigneur est avec vous : vous êtes bénie entre toutes les femmes.

Mais elle l’ayant entendu, fut troublée de ses paroles, et elle pensait en elle-même quelle pouvait être cette salutation.

L’ange lui dit : Ne craignez point, Marie : car vous avez trouvé grâce devant Dieu.

Vous concevrez dans votre sein, et vous enfanterez un fils, à qui vous donnerez le nom de Jésus.

Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très-Haut : le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père :

il régnera éternellement sur la maison de Jacob ; et son règne n’aura point de fin.

 

Alors Marie dit à l’ange : Comment cela se fera-t-il ? car je ne connais point d’homme.

L’ange lui répondit : Le Saint-Esprit surviendra en vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre ;

c’est pourquoi le fruit saint qui naîtra de vous, sera appelé le Fils de Dieu.

Et sachez qu’Élisabeth, votre cousine, a conçu aussi elle-même un fils dans sa vieillesse,

et que c’est ici le sixième mois de la grossesse de celle qui est appelée stérile ; parce qu’il n’y a rien d’impossible à Dieu.

Alors Marie lui dit : Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon votre parole !

 

Ainsi l’ange se sépara d’elle.

 

 

ÉVANGILE DE SAINT LUC

 

La Sainte Bible traduite par Lemaistre de Sacy

L'Annonciation, Piero Della Francesca

L'Annonciation, Piero Della Francesca

Annonciation du Seigneur
Annonciation du Seigneur
Repost 0
Published by un pèlerin - dans ÉVANGILE
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 05:00

Jésus dit ces choses enseignant dans le Temple, au lieu où était le trésor ; et personne ne se saisit de lui, parce que son heure n’était pas encore venue.

 

Jésus leur dit encore : Je m’en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Vous ne pouvez venir où je vais.

Les Juifs disaient donc : Veut-il dire qu’il se tuera lui-même, lorsqu’il dit : Vous ne pouvez venir où je vais ?

Et il leur dit : Pour vous, vous êtes d’ici-bas ; mais pour moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; et moi, je ne suis pas de ce monde.

Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés ; parce qu’en effet, si vous ne me croyez ce que je suis, vous mourrez dans votre péché.

Ils lui dirent : Qui êtes-vous donc ?

Jésus leur répondit : Je suis le principe de toutes choses, moi-même qui vous parle.

J’ai beaucoup de choses à dire de vous, et à condamner en vous : mais celui qui m’a envoyé est véritable ;

et je ne dis dans le monde que ce que j’ai appris de lui.

 

Et ils ne comprirent point qu’il disait que Dieu était son Père.

 

Jésus leur dit donc : Quand vous aurez élevé en haut le Fils de l’Homme, alors vous connaîtrez ce que je suis :

car je ne fais rien de moi-même ; mais je ne dis que ce que mon Père m’a enseigné.

Et celui qui m’a envoyé, est avec moi, et ne m’a point laissé seul ; parce que je fais toujours ce qui lui est agréable.

 

Lorsqu’il disait ces choses, plusieurs crurent en lui.

 

 

ÉVANGILE DE SAINT JEAN

 

5ème semaine de carême, mardi

La Sainte Bible traduite par Lemaistre de Sacy

Crucifix, Giotto, Museo Civico, Padua

Crucifix, Giotto, Museo Civico, Padua

Repost 0
Published by un pèlerin - dans ÉVANGILE
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 05:00

Jésus s’en alla sur la montagne des Oliviers.

Mais dès la pointe du jour il retourna au Temple, où tout le peuple s’amassa autour de lui ; et s’étant assis, il commença à les instruire.

 

Alors les scribes et les pharisiens lui amenèrent une femme qui avait été surprise en adultère ; et la faisant tenir debout au milieu du peuple, ils dirent à Jésus : Maître ! cette femme vient d’être surprise en adultère. Or Moïse nous a ordonné dans la loi, de lapider les adultères. Quel est donc sur cela votre sentiment ?

Ils disaient ceci en le tentant, afin d’avoir de quoi l’accuser.

Mais Jésus se baissant, écrivait avec son doigt sur la terre.

Comme donc ils continuaient à l’interroger, il se leva, et leur dit :

Que celui d’entre vous qui est sans péché, lui jette le premier la pierre.

Puis se baissant de nouveau, il continua d’écrire sur la terre.

 

Mais pour eux, l’ayant entendu parler de la sorte, ils se retirèrent l’un après l’autre, les vieillards sortant les premiers :

et ainsi Jésus demeura seul avec la femme, qui était au milieu de la place.

Alors Jésus se relevant, lui dit : Femme, où sont vos accusateurs ? Personne ne vous a-t-il condamnée ?

Elle lui dit : Non, Seigneur !

Jésus lui répondit : Je ne vous condamnerai pas non plus. Allez-vous-en, et à l’avenir ne péchez plus.

 

 

ÉVANGILE DE SAINT JEAN

 

5ème semaine de carême, lundi

La Sainte Bible traduite par Lemaistre de Sacy

Le Christ et la femme adultère, Émile Signol

Le Christ et la femme adultère, Émile Signol

Repost 0
Published by un pèlerin - dans ÉVANGILE
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 05:00

Il y eut quelques gentils de ceux qui étaient venus pour adorer au jour de la fête de la Pâque, qui s’adressèrent à Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette prière : Seigneur, nous voudrions bien voir Jésus. Philippe vint le dire à André, et André et Philippe le dirent ensemble à Jésus.

 

Jésus leur répondit : L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié.

En vérité, en vérité je vous le dis : si le grain de froment ne meurt après qu’on l’a jeté en terre, il demeure seul ; mais quand il est mort, il porte beaucoup de fruit.

Celui qui aime sa vie, la perdra ; mais celui qui hait sa vie dans ce monde, la conserve pour la vie éternelle.

Si quelqu’un me sert, qu’il me suive : et où je serai, là sera aussi mon serviteur. si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera.

Maintenant mon âme est troublée ; et que dirai-je ? Mon Père ! délivrez-moi de cette heure ; mais c’est pour cela que je suis venu en cette heure.

Mon Père ! glorifiez votre nom.

 

Au même temps on entendit une voix du ciel, qui dit : Je l’ai déjà glorifié, et je le glorifierai encore.

 

Le peuple qui était là, et qui avait entendu le son de cette voix, disait que c’était un coup de tonnerre ; d’autres disaient : C’est un ange qui lui a parlé.

 

Jésus répondit : Ce n’est pas pour moi que cette voix s’est fait entendre, mais pour vous.

C’est maintenant que le monde va être jugé ; c’est maintenant que le prince de ce monde va être chassé dehors.

Et pour moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tout à moi.

 

Ce qu’il disait pour marquer de quelle mort il devait mourir.

 

 

ÉVANGILE DE SAINT JEAN

 

La Sainte Bible traduite par Lemaistre de Sacy

 

Icône de la Mère de Dieu de la Passion, Andreas Ritzos

Icône de la Mère de Dieu de la Passion, Andreas Ritzos

Repost 0
Published by un pèlerin - dans ÉVANGILE
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 05:00

Jésus monta au Temple, où il se mit à enseigner.

 

Plusieurs d’entre le peuple écoutant ces paroles, disaient : Cet homme est assurément un prophète.

D’autres disaient : C’est le Christ.

Mais quelques autres disaient : Le Christ viendra-t-il de Galilée ?

L’Écriture ne dit-elle pas, que le Christ viendra de la race de David, et de la petite ville de Bethléhem, d’où était David ?

Le peuple était ainsi divisé sur son sujet ; et quelques-uns d’entre eux avaient envie de le prendre ; mais néanmoins personne ne mit la main sur lui.

 

Les archers retournèrent donc vers les princes des prêtres et les pharisiens, qui leur dirent : Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ?

Les archers leur répondirent : Jamais homme n’a parlé comme cet homme-là.

Les pharisiens leur répliquèrent : Êtes-vous donc aussi vous-mêmes séduits ?

Y a-t-il quelqu’un des sénateurs, ou des pharisiens, qui ait cru en lui ?

Car pour cette populace qui ne sait ce que c’est que la loi, ce sont des gens maudits de Dieu.

 

Sur cela Nicodème, l’un d’entre eux, et le même qui était venu trouver Jésus la nuit, leur dit :

Notre loi permet-elle de condamner personne sans l’avoir auparavant entendu, et sans s’être informé de ses actions ?

Ils lui répondirent : Est-ce que vous êtes aussi Galiléen ? Lisez avec soin les Écritures, et apprenez qu’il ne sort point de prophète de Galilée.

 

Et chacun s’en retourna en sa maison.

 

 

ÉVANGILE DE SAINT JEAN

 

4ème semaine de carême, samedi

La Sainte Bible traduite par Lemaistre de Sacy

 

Madre della Consolazione, Nikolaos Tzafouris, XVe s.

Madre della Consolazione, Nikolaos Tzafouris, XVe s.

Repost 0
Published by un pèlerin - dans ÉVANGILE
commenter cet article