Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

    

 

SALVE REGINA

7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 11:00

 

Le temps que j'avais prescrit à mon séjour à Jérusalem s'écoulait rapidement ; je voulus encore visiter les lieux témoins de la Passion, mais, cette fois, dans l'ordre du récit de l'Évangile, que je feuilletais en marchant.

 

Je traversai donc Jérusalem dans sa longueur ; passant la grande piscine, la porte de Sitti Mariam le lieu du martyre de saint Étienne, et, laissant à droite le sépulcre de la Vierge, j'arrivai dans la vallée de Josaphat ; puis, m'élevant sur les flancs de la montagne, j'allai me placer au jardin de Gethsémani, où commence cette sublime histoire. Quelques oliviers, vieux comme elle, couvrent encore de leurs troncs énormes ce lieu sacré. Ces arbres, qui se succèdent par des rejets nombreux et toujours respectés, portent une marque distinctive ; ils sont vénérés des Turcs et exempts d'une partie de l'impôt. J'ajoute que la piété des pèlerins laisse rarement parvenir leurs fruits à maturité.

 

Ici, s'endormirent les disciples ; là, Jésus-Christ pria, languit et s'affligea dans la grotte dite de l'Agonie, où sont dressés quelques autels ; on montre la place du baiser de Judas et de l'arrestation de Notre-Seigneur. Toujours dans ce même jardin des Olives qui est un seul grand champ aujourd'hui, le cortège descendit la vallée de Josaphat, tandis que les fils de Zébédée se cachaient dans les grottes des tombeaux, lesquelles sont à droite sous la montagne qui fait face à Jérusalem. On traversa le lit pierreux du Cédron, et, montant la colline de Sion par un sentier tracé sur ses flancs entre le torrent et les nouveaux remparts de la ville, on parvint à la maison d'Anne qui est aujourd'hui un couvent arménien.

 

Je continuai sur la montagne mon pieux itinéraire, et, de la maison d'Anne pontife, je passai au palais de Caïphe, son gendre, prince des prêtres, lequel était situé un peu plus haut sur le sommet de Sion ; puis, comme je descendais vers la ville et rentrais par la porte des Maugrebins, autrefois la porte Sterquiline, les hautes murailles de la mosquée qui a remplacé le temple de Salomon m'obligèrent à un long détour pour arriver au prétoire compris dans la nouvelle enceinte de la ville.

 

C'est encore là qu'habite le gouverneur, mais ce n'est plus Rome qui l'envoie, c'est Constantinople ; les mêmes portes qui conduisaient chez Pilate s'ouvrent aujourd'hui pour mener chez le Moutselim ; ces murs qui virent Jésus Christ ont vu Titus, Cosroës, Omar, Saladin, des rois de France et d'Angleterre, des soudans d'Egypte, Godefroy, Lusignan, et Yacoub Mohammed Aga, gouverneur actuel de Jérusalem la Sainte.

 

La fenêtre de l'Ecce Homo domine encore ces ruines, et la, voûte qui la supporte traverse la rue comme un pont. Le lieu de la flagellation est une grotte qu'on laissé à droite, en remontant la Voie Douloureuse ; les tchaouch (soldats-gardes) du gouverneur y mettent leurs chevaux. La colonne à laquelle Jésus Christ fut attaché pendant l'ignoble torture s'y trouvait autrefois ; elle se conserve aujourd'hui dans l'intérieur de l'église du Saint-Sépulcre.

 

Je suivis, en quittant le prétoire, la rue nommée en arabe Harat-el-àllam, Chemin de douleur. Elle est au centre de Jérusalem. Des signes tracés sur les murs à diverses distances, indiquent les lieux où Notre Seigneur tomba sous le faix de la croix, et une croix rouge marque l'endroit de la rencontre avec Simon le Cyrénéen.

 

Plus loin, à un coude que fait la rue, la tradition qui se mêle partout aux récits de l'Évangile raconte que Marie aperçut son fils courbé sous le honteux fardeau et s'évanouit ; Sainte Hélène avait fait construire à ce même endroit une chapelle, qui n'a jamais été achevée, sous le nom de Défaillance de la Vierge.

 

En face, est une chambre basse et obscure assez semblable à une prison c'est la maison du pauvre Lazare ; car la tradition veut encore que cette parabole soit le récit d'une histoire véritable. On voit, dans l'angle gauche de la rue qui se replie à cette hauteur, la maison du mauvais riche. C'est aujourd'hui une des plus belles de Jérusalem, toute vieille qu'elle soit en apparence.

 

Plus haut, le Sauveur rencontra les filles de Jérusalem et leur adressa des paroles prophétiques. Puis viennent la maison de Sainte Véronique et la porte Judiciaire ; il n'y a plus alors que quelques pas jusqu'au lieu du supplice. Je me fis de nouveau ouvrir la porte de l'église du Saint-Sépulcre, et là, sous la voûte, montant les dix-neuf degrés qui vont du sol au sommet du Golgotha, je me trouvai sur le Calvaire où tout fut consommé.

 

Je redescendis ensuite auprès de la tombe, sublime dénouement de cette histoire si simple et si touchante. Ainsi se termina ma sainte promenade où je n'avais eu pour guide que l'Évangile.

 

 

Vicomte de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, 1839

 

Ma sainte promenade où je n'avais eu pour guide que l'Évangile

Début du Chemin de Croix, photographie de Jean-Michel Berts, Jérusalem 2013

 

" Je traversai donc Jérusalem dans sa longueur, passant la grande piscine, la porte de Sitti Mariam le lieu du martyre de saint Étienne. "

 

 

Repost 0
Published by un pèlerin - dans Jérusalem
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 11:00

 

Je fus fidèle au rendez-vous, le père Munoz me reçut dans une cellule étroite et obscure. Nous nous assîmes sur un banc, auprès d'une lucarne grillée. Il n'y avait ni chaise ni table, mais un prie-Dieu comme ceux des églises d'Italie. A côté de son lit étaient deux tableaux représentant deux têtes de morts peintes en blanc sur une toile noire. 

Voilà, me dit-il, en me les montrant et en souriant de ma surprise, voilà tout l'ornement de ma chambre. L'une de ces tristes images est le miroir où je me contemple tous les jours, non pas tout à fait encore tel que je suis, mais tel que je vais être ; et l'autre, le croiriez-vous ? est le portrait de la plus jolie femme de l'Andalousie, tracé quarante jours après un bal où elle effaçait toutes ses compagnes.

Je frissonnais malgré moi, il s'en aperçut.

Vous frémissez, ah croyez-moi, accoutumez-vous à ce spectacle ; il fait mépriser ce monde et aimer l'autre. Mais j'abuse de votre temps. Venons au fait. Je vais bientôt mourir, et déjà je ne puis plus écrire ; ma main, docile à ma volonté pendant soixante et treize ans, me refuse aujourd'hui son service ; je souffre d'inexprimables douleurs, et peut-être avant votre départ de Jérusalem, vous verrez mes funérailles.

En achevant ces mots, le père s'appuya contre le mur, comme épuisé de l'effort qu'il venait de faire en me parlant ; et, après quelques instants de silence il continua :

Dites à M. de Chateaubriand que je meurs dans la joie de mon âme. Jérusalem est ma résidence chérie et quelle douceur de quitter la vie aux mêmes lieux où mourut pour nous le Sauveur du monde. M. de Chateaubriand n'entendra plus parler du père Munoz, mais dites-lui que son souvenir m'a suivi jusqu'à l'agonie.

Le père me remit alors la dernière lettre qu'il avait eue de son illustre ami.

Ce sera toute ma réponse dit-il. M. de Chateaubriand apprendra ainsi à la fois que je l'ai reçue et que je n'existe plus. 

Puis il me pria d'accepter un chapelet qu'il avait fait lui-même avec les olives de Gethsémani, et qui lui servait depuis vingt ans.

Je n'ai plus longtemps à le dire, ajouta-t-il. Adieu, monsieur, adieu ; c'est trop laisser sous vos yeux le spectacle d'un pauvre moine expirant. Quittez-moi, et puisse votre mort être aussi heureuse que la mienne.

 

Je me retirai tout ému ; quelques confrères du père Munoz vinrent lui porter des secours ; il n'avait pas besoin de consolations.

 

Je partis deux jours après cet entretien ; le père Munoz n'avait pas encore quitté ce monde pour la vraie patrie. Une lettre que je reçus à mon arrivée à Smyrne, m'apprit la fin de ce religieux qui avait vu s'écouler quarante ans de sa vie dans les murs de Jérusalem, et qui s'estimait si heureux d'y mourir.

 

 

Voici la lettre de M. le vicomte de Chateaubriand au révérend père Munoz, à Jérusalem :

Paris, ce 3 septembre 1818

J'espère mon révérend père, que vous vous souvenez encore d'un pèlerin auquel vous avez donné si généreusement l'hospitalité. Pour moi je conserverai un éternel souvenir du bon accueil que m'ont fait les vénérables pères de Terre Sainte. J'ai appris par M. le comte de Forbin tous vos malheurs, et les nouvelles persécutions que vous éprouvez. Vous êtes, mon révérend père, accoutumés au martyre ; et Dieu vous fera à la fin triompher de vos ennemis.

Le voyageur qui vous remettra cette lettre est M. Rae Wilson, gentilhomme anglais qui va visiter les saints lieux ; il a rendu dans son pays de grands services aux catholiques je sais d'avance que vous voudrez bien être pour lui comme vous avez été pour moi. Votre charité s'étend à tous les hommes.

Veuillez, mon révérend père, me rappeler au souvenir de tous les religieux que j'ai eu le bonheur de voir à Jaffa ou à Jérusalem, et croire que je serai heureux quand j'aurai pu reconnaître toutes vos bontés. Si jamais vous veniez en France, j'espère qu'aucun de vous ne chercherait une autre maison que la mienne.

Je suis avec un cœur limpido e bianco, mon très révérend père, votre très humble, très obéissant, et très affectionné serviteur

Le vicomte de Chateaubriand,

Pair de France, Chevalier du Saint-Sépulcre.

 

 

Peu de jours après mon arrivée à Paris, fidèle exécuteur des derniers vœux du père Munoz j'envoyai à M. de Chateaubriand la lettre autographe que lui restituait ce religieux, après l'avoir gardée aussi longtemps que la vie ; j'y joignis le récit qu'on vient de lire. M. de Chateaubriand me répondit ainsi :

Paris, ce 3 décembre 1820.

Vous m'avez écrit une lettre charmante, Monsieur, et vous étiez bien digne de visiter la terre des miracles. L'extrait de votre journal me donne un grand désir de connaître le reste ; malheureusement je suis obligé de reprendre le bâton du voyageur ; je vais à Berlin, et les embarras de mon départ ne me laissent pas un moment à moi.

Gardez soigneusement, Monsieur, l'héritage, du bon père Munoz, un cœur limpido et bianco, ce cœur-là est de votre âge ; et vous avez vu par l'exemple de notre vieil hôte de Jérusalem, que la religion peut le conserver tel, au milieu de toutes les peines et dans l'âge le plus avancé de la vie..

Pardonnez, Monsieur, je vous écris ces deux mots à la hâte et ayant à peine le temps de me dire votre très humble et bien dévoué serviteur.

Chateaubriand

 

 

J'ai cent lettres de la main de M. de Chateaubriand, graves et précises comme il savait les écrire quand il dirigeait d'un bras ferme et expérimenté le timon de l'état, elles reposent dans mes archives de diplomate, à côté de mon portefeuille de voyageur et aucune, quand je les relis, ne m'émeut autant que celle-ci la première. Les hautes questions politiques qui s'agitaient dans notre correspondance n'appartiennent plus qu'à des temps oubliés ; mais la lettre à l'occasion du père Munoz touche au plus précieux souvenir de ma jeunesse.

 

 

Vicomte de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, 1839

 

Au révérend père Munoz à Jérusalem

La vallée de Josaphat au pied de Jérusalem

Repost 0
Published by un pèlerin - dans Jérusalem
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 16:00

 

Un des derniers jours que j'ai passés à Jérusalem, je me promenais, comme j'en avais l'habitude, sur la terrasse du couvent de Saint-Sauveur.

C'était le soir.

Mes regards se reposaient sur les montagnes nues et rougeâtres qui environnent la mer Morte, et sur les vapeurs lourdes et livides que l'approche de la nuit dégage lentement de son sein.

 

Un religieux que je n'avais pas encore vu dans la communauté, s'approcha de moi, et me tirant par mon habit :

Monsieur, me dit-il en espagnol, pardonnez si j'interromps vos réflexions ; je vous cherche depuis longtemps, et je n'ai réussi que ce soir à vous rencontrer. Je voulais vous demander si vous ne saviez quelques nouvelles d'un de vos compatriotes nommé Chateaubriand.

Mais oui, mon père, répondis-je en souriant, ce nom est assez connu.

Celui qui le porte, continua-t-il, est mon ami.

Et comment vous nommez-vous mon père ? dis-je à mon tour.

Ah! monsieur, je suis le plus méprisable des religieux, et mon nom ne vaut pas qu'on le prononce. Mais M. de Chateaubriand, que fait-il ? est-il honoré et puissant ?

Il vit loin de la cour, mon père.

Oh ! je l'en félicite ; c'est par un chemin d'épines qu'on arrive au royaume d'en haut. Mais, Monsieur, si vous ne dédaignez pas la cellule d'un pauvre solitaire, faites-vous conduire demain à celle du père Munoz qui aura grand plaisir à vous recevoir.

Quoi ? c'est vous, repris-je avec joie, au cœur "limpido e bianco" !

Oui c'est moi, dit-il, et je n'ai pas changé. Mais l'heure de la prière approche ; à demain.

 

 

Vicomte de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, 1839

 

Sur la terrasse du couvent de Saint-Sauveur

Franciscains de Jérusalem (photo prise entre 1898 et 1914) 

 

" Le logement, le lit, le linge, la lumière, le feu, sont toujours pour rien et à titre d’hospitalité. "

Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem

Repost 0
Published by un pèlerin - dans Jérusalem
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 16:00

 À quelques pas du Tombeau.

 

J'avais enfin vu se réaliser ces songes pieux de ma jeunesse, l'image de la ville sainte, si constamment présente à mon esprit, était là, maintenant sous mes regards. La tête appuyée contre une fenêtre dont les barreaux laissaient arriver jusqu'à moi les rayons de la lune, je voyais sa pâle lueur se prolonger sur la coupole du Saint Sépulcre, et la montagne des oliviers m'apparaissait à l'horizon, comme une ombre. Mille souvenirs de la Bible et de l'histoire, mille pensées confuses, des rêves d'avenir, des réflexions intimes et graves m'assaillirent. Je ne sais combien de temps dura cette extase ; mais quand je revins à moi, mon âme était oppressée, et mes paupières humides.

 

Que dire de Jérusalem après M. de Chateaubriand ? l'Itinéraire est devenu le manuel du pèlerin, et peut tenir lieu de tout autre guide. Le langage du plus exact et du plus savant des géographes. En un mot, c'est le génie commentant la Bible et Le Tasse.

 

 

Vicomte de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, 1839

 

J'étais donc au sein de Jérusalem

Le Saint Sépulcre, photographie de Othon von Ostheim, Jérusalem 1862

 

 

Repost 0
Published by un pèlerin - dans Jérusalem
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 16:07

 

Je fis, un autre jour, le tour entier des murailles de Jérusalem ; elles sont peu endommagées, et garnies de tours de distance en distance. Je sortis par la porte de Jaffa, Bah-el-Khalil et je rentrai par cette même porte, après avoir parcouru le circuit entier, en une heure cinq minutes d'un pas ordinaire. J'avais longé les murs au plus près possible, passant la porte de David, puis celle des Maugrébins et la porte Dorée, murée aujourd'hui. J'avais traversé les tombes musulmanes accumulées sous cette partie des remparts qui regarde le torrent de Cédron et borne la grande mosquée ; puis, après la porte Sitti Mariam, j'étais arrivé à la grotte et à la prison de Jérémie. C'était là une de mes stations favorites ; je ne pouvais me lasser d'y relire les touchantes Lamentations, en face de cette ville pleine de peuple, aujourd'hui si solitaire ; de cette ville accablée d'amertume, dont les vierges sont tristes, abattues, et les prêtres gémissants.

 

J'ai lu Homère à Troie, Sophocle à Colone, Horace à Tivoli, Virgile à Naples ; mais quelle poésie peut égaler les sublimes chants de douleur de Jérémie à Jérusalem ...
 

 

Vicomte de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, 1839

 Jérémie à Jérusalem

La Porte Dorée à Jérusalem, côté Nord-Est, photographie de James Graham, 1857 

 

 

Repost 0
Published by un pèlerin - dans Jérusalem
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 17:00
Repost 0
Published by un pèlerin - dans Jérusalem
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 08:00

 

Jérusalem est-elle belle ? oh oui, mais sa beauté ne se montre pas à tout le monde et ne se montre pas gratuitement. Jérusalem est une femme orientale. Qui veut la voir doit d'abord errer dans l'obscurité, se perdre dans des tunnels sombres, dans des couloirs et sous des voûtes, attendre le soir.

Je restai là-haut jusqu'à ce que la nuit vienne, puis je redescendis dans la pénombre éternelle des cavernes, des tunnels, des couvents, de jour dans une ombre perpétuelle, à présent faiblement éclairés, et je me demandai s'il existait quelqu'un, dans tout Jérusalem, dont on pouvait dire qu'il connaissait sa ville. J'en doutais.

 

Wolfgang Büscher, Un printemps à Jérusalem, éditeur : La Librairie Vuibert, Paris, 2016

traduction de Cécile Wajsbrot

 

 

Jérusalem est-elle belle ?
Repost 0
Published by un pèlerin - dans Jérusalem
commenter cet article