Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

    

 

SALVE REGINA

20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 20:50

En bénissant la première pierre de deux églises, qui seront construites sur le site où Jésus fut baptisé par Jean-Baptiste sur les rives du Jourdain, le pape Benoît XVI a voulu faire redécouvrir ce lieu et relancer les pèlerinages.

L'importance de ce geste, non seulement pour l'Eglise mais pour la Jordanie elle-même a été soulignée par la présence du roi Abdallah II de Jordanie et de la reine Rania, une présence qui n'était pas prévue au départ.

Les souverains de Jordanie ont accueilli le pape et ils sont montés ensemble dans une voiture de golf pour visiter le site du baptême. Le roi, assis aux côtés du pape, a expliqué à Benoît XVI les découvertes qui ont été faites dans ce très important site archéologique qui se trouve sous le contrôle d'une commission jordanienne.

Les fouilles, entamées dans les années 90, ont permis de découvrir que ce site fut un lieu de pèlerinage dès le début du christianisme, comme l'attestent une vingtaine d'églises, grottes, piscines baptismales qui remontent aux périodes romaine et byzantine.

Les pèlerinages avaient été interrompus en raison des vicissitudes de l'histoire.
Les archéologues estiment qu'il s'agit du lieu que l'Evangile de Jean (ch. 1, verset 28) appelle : "Béthanie, au-delà du Jourdain", différent du village de Béthanie qui se trouvait près de Jérusalem (où eut lieu la résurrection de Lazare), et que les exégètes ne savaient pas situer, il y a quelques années encore.

" Depuis, à travers les siècles, de nombreux pèlerins sont venus au Jourdain pour y chercher leur purification, renouveler leur foi et se rapprocher du Seigneur. Comme Égérie qui, à la fin du IVe siècle, laissa le récit écrit de sa visite, a affirmé le pape.

" Le sacrement du baptême, formellement institué après la mort et la Résurrection du Christ, sera particulièrement cher aux communautés chrétiennes qui se rassembleront entre les murs des nouvelles églises", a-t-il expliqué.

" Que le Jourdain vous rappelle sans cesse que vous avez été lavés dans les eaux du baptême et que vous êtes devenus membres de la famille de Jésus", a exhorté le pape, en s'adressant aux chrétiens de la région.

Le roi Abdallah II a en projet de construire cinq églises en ce lieu pour accueillir les pèlerins : une pour chaque confession chrétienne. Le pape a béni ce dimanche la première pierre des deux églises catholiques : l'église latine et l'église gréco-melkite.

Nader Twal, guide touristique chrétien, a expliqué à ZENIT que "malheureusement, ce site qui a fait naître la foi chrétienne est encore oublié, même de l'Eglise". D'où l'importance de la visite du pape, qui va contribuer à faire redécouvrir ce lieu de pèlerinage.

Jesús Colina
ZENIT.org : le lieu où Jésus fut baptisé redevient un lieu de pèlerinage


Jordan River by Bethany beyond Jordan (John 1:28)
Photo: Todd Bolen (BiblePlaces.com)

C’est avec une grande joie spirituelle que je viens bénir les premières pierres de deux églises catholiques qui seront construites près du Jourdain, lieu marqué par de nombreux événements mémorables dans l’histoire biblique. Le prophète Élie, le Tisbite, provenait de cet endroit, un peu au Nord de Galaad. Près d’ici, en face de Jéricho, les eaux du Jourdain s’ouvrirent devant Élie, qui fut enlevé par le Seigneur sur un char de feu (cf. 2 Rois 2, 9-12). Ici, l’Esprit du Seigneur appela Jean, le fils de Zacharie, à prêcher la conversion des cœurs.

Jean l’Évangéliste situe également dans ce lieu la rencontre entre le Baptiste et Jésus qui, à son Baptême, fut « oint » par l’Esprit de Dieu descendant sur Lui comme une colombe, et fut proclamé Fils bien-aimé du Père (cf. Jn 1, 28 ; Mc1, 9-11).


Nous entrons dans l’Église par le baptême. La mémoire du propre baptême du Christ se présente de façon vivante à nous en ce lieu. Jésus s’est mis dans la file avec les pécheurs et il a accepté le baptême de pénitence de Jean comme un signe prophétique de sa propre passion, mort et résurrection pour le pardon des péchés. Depuis, à travers les siècles, de nombreux pèlerins sont venus au Jourdain pour y chercher leur purification, renouveler leur foi et se rapprocher du Seigneur. À l’instar d’Égérie qui, à la fin du IVè siècle, laissa le récit écrit de sa visite.

Le Sacrement du Baptême, tirant son pouvoir de la mort et de la résurrection du Christ, touchera d’autant plus les communautés chrétiennes qui se rassembleront entre les murs des nouvelles églises. Que le Jourdain vous rappelle sans cesse que vous avez été lavés dans les eaux du baptême et que vous êtes devenus membres de la famille de Jésus. Vos vies, en conformité avec sa Parole, ont été transformées et continuent à l’être, à son image et à sa ressemblance. Alors que vous vous efforcez d’être fidèles à votre engagement baptismal de conversion, de témoignage et de mission, sachez que vous êtes fortifiés par le don de l’Esprit Saint.

extraits du discours à l'occasion de la bénédiction des premières pierres de deux églises à Béthanie-au-delà-du-Jourdain


Benoît XVI à Béthanie de Jordanie le Dimanche 10 mai 2009

Repost 0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 20:00





Jérusalem, lundi après-midi 11 mai 2009

Repost 0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 16:00

Le pèlerinage en Terre sainte aide les croyants à mesurer plus pleinement le don de leur foi et à grandir dans la communion entre les hommes. En soulignant l'unité entre l'Ancien et le Nouveau Testament, il contribue aussi à réconcilier les chrétiens et les juifs, a expliqué Benoît XVI, dans son discours au Mont Nebo.

Le pape a expliqué le sens du pèlerinage sur les lieux associés à l'histoire du peuple élu, aux événements de la vie du Christ et de l'Église naissante.

" Cette grande tradition, que mon présent voyage entend poursuivre et confirmer, est fondée sur le désir de voir, de toucher, de goûter dans la prière et la contemplation, les endroits bénis par la présence physique du Sauveur, de sa sainte Mère, des apôtres et des premiers disciples qui l'ont vu relevé d'entre les morts", a expliqué le pape.

" Ici, sur les pas des innombrables pèlerins qui nous ont précédés au cours des siècles, nous sommes provoqués à mesurer plus pleinement le don de notre foi et à grandir dans cette communion qui transcende toute frontière de langue, de race et de culture", a-t-il dit.

" L'antique tradition du pèlerinage sur les lieux saints nous rappelle aussi le lien inséparable qui unit l'Église et le peuple juif", a poursuivi le pape.

" Depuis le commencement, l'Église sur cette terre a commémoré dans sa liturgie les grandes figures de l'Ancien Testament, comme un signe de sa conscience profonde de l'unité des deux Testaments", a-t-il expliqué.


Benoît XVI rappelle le sens du pèlerinage en Terre sainte : Samedi 9 mai 2009 (ZENIT.org)




Benoît XVI au Mont Nebo le samedi 9 mai 2009

Repost 0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 20:45

Paroles du Pape Dimanche 17 mai au Regina Coeli

ROME, Lundi 18 mai 2009 (ZENIT.org) - Benoît XVI souligne que son voyage en Terre Sainte a été aussi une visite pastorale auprès des catholiques de Jordanie, d'Israël et des Territoires palestiniens.

Benoît XVI a évoqué son pèlerinage (8-15 mai) avant la prière mariale de Dimanche, place Saint-Pierre, en présence de milliers de visiteurs : 

" Ce pèlerinage sur les Lieux Saints a également été une visite pastorale aux fidèles qui vivent là, un service à l'unité des chrétiens, au dialogue avec les juifs et les musulmans, et à la construction de la paix.

La Terre Sainte, symbole de l'amour de Dieu pour son peuple et pour l'humanité tout entière, est également le symbole de la liberté et de la paix que Dieu veut pour tous ses fils.

Mais l'histoire d'hier et d'aujourd'hui montre cependant que cette terre est précisément  devenue également le symbole du contraire, c'est-à-dire de divisions et de conflits interminables entre frères. Comment cela est-il possible ? Il est juste que cette interrogation interpelle notre cœur, bien que nous sachions qu'un mystérieux dessein de Dieu concerne cette Terre, où - comme l'écrit saint Jean - "Dieu a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés" (1 Jn 4, 10).

La Terre Sainte a été appelée le "cinquième Evangile", car ici nous pouvons voir,  et même toucher la réalité de l'histoire que Dieu a réalisée avec les hommes.

En commençant par les lieux de la vie d'Abraham jusqu'aux lieux de la vie de Jésus, de l'incarnation jusqu'à la tombe vide, signe de sa Résurrection.

Oui, Dieu est entré dans cette terre, Il a agi avec nous dans ce monde. Mais ici nous pouvons dire encore davantage : la Terre Sainte, en raison de son histoire même peut être considérée comme un microcosme qui résume en lui le difficile chemin de Dieu avec l'humanité. Un chemin qui avec le péché implique aussi la Croix.

Mais  avec l'abondance de l'amour divin toujours aussi la joie de l'Esprit Saint, la Résurrection déjà commencée, il s'agit d'un chemin parmi les vallées de notre souffrance vers le Royaume de Dieu. Un Royaume qui n'est pas de ce monde, mais qui vit dans ce monde et doit le pénétrer avec sa force de justice et de paix.

L'histoire du salut commence avec l'élection d'un homme, Abraham, et d'un peuple, Israël, mais son intention est l'universalité, le salut de tous les peuples. L'histoire du salut est toujours marquée par ce mélange de particularités et d'universalité.

Nous voyons bien ce lien  dans la première lecture d'aujourd'hui : Saint Pierre, en voyant dans la maison de Corneille la foi des païens et leur désir de Dieu, dit : "En vérité, je le comprends : Dieu ne fait pas de différence entre les hommes ; mais quelle que soit leur race, Il accueille les hommes qui l'adorent et font ce qui est juste" (Ac 10, 34-35).

Craindre Dieu et pratiquer la justice, apprendre cela et ouvrir ainsi le monde au Royaume de Dieu : tel est le but le plus profond de tout dialogue interreligieux.



Dès le voyage de retour de Tel Aviv à Rome, vendredi 15 mai, le pape avait évoqué les trois axes principaux de son voyage : la paix, l'oecuménisme et le dialogue interreligieux justement : cf. ZENIT du 15 mai aux journalistes. 

Mais comme c'est la coutume après un voyage international, et comme il l'a annoncé, le pape proposera une synthèse plus élaborée de son voyage lors de l'audience générale de mercredi prochain.


Regina Caeli du 17 mai texte intégral




Benoît XVI au Mont Nebo le samedi 9 mai 2009

Repost 0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 23:42
Repost 0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 05:00

Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres.


Dans une interview accordée le 13 mai à L'Osservatore Romano alors que Benoît XVI se trouvait à Bethléem, en Territoires palestiniens, le président d'Israël, Shimon Peres, a souhaité que l'on abandonne « l'usage des armes et de la violence », et que l'on cesse d'ériger des murs.

Alors que Benoît XVI, en visite au camp de réfugiés Aida dans les Territoires palestiniens, dénonçait le caractère « tragique » de la construction de « murs », le président israélien invitait à « arrêter les murs ».

« En définitive, personne ne veut de murs, pour lesquels tout le monde paie un prix élevé », a-t-il déclaré.

A la question de savoir si la vision de deux Etats indépendants, limitrophes et en paix l'un avec l'autre est encore valable, le président israélien a répondu « oui ». « Elle est encore valable ».

« Le précédent gouvernement d'Israël l'avait accepté et le premier ministre actuel a affirmé qu'il se conformerait à la résolution du gouvernement précédent », a-t-il ajouté. « C'est la position réelle, indépendamment de toute autre interprétation ».

Pour Shimon Peres, « il faut aussi permettre à la population d'entrer dans une nouvelle ère de science et de technologie qui n'est pas en contradiction avec les Ecritures ». « On peut vivre comme croyant dans une ère de la science », a-t-il affirmé. « Mais avant tout, nous devons ouvrir les frontières et les cœurs pour permettre à nos enfants de vivre un avenir de paix ».

Le président israélien a enfin souligné que « dans son ensemble, le message diffusé par le pape a été un message positif et pourrait avoir des conséquences importantes ».

ROME, Jeudi 14 mai 2009 ZENIT.org


l'album photos de la rencontre Benoît XVI-Shimon Peres :

l'accueil à l'aéroport Ben Gourion le lundi matin 11 mai 2009 :







à Jérusalem le lundi après-midi 11 mai 2009 :
























photos : news.yahoo.com



 

Repost 0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 18:50


Pope Benedict XVI greets reporters flying with him from Jerusalem to Rome at the conclusion of his visit to Middle East May 15, 2009

Benoît XVI confie ses premières impressions aux journalistes


Le dialogue interreligieux, l’œcuménisme et la paix


ROME, Vendredi 15 mai 2009 (ZENIT.org) - Le dialogue interreligieux - exigence interne de la foi -, l'œcuménisme et la paix, voila trois axes de son pèlerinage de paix que Benoît XVI a développés dans l'avion devant les journalistes qui l'ont accompagné dans le Boeing 777 de la compagnie israélienne El Al, pendant le retour de Tel Aviv à Rome, au terme de son pèlerinage en Terre Sainte. Nous publions ci-dessous le texte de la déclaration du pape.

 

Chers amis

Merci de votre travail. J'imagine que ça a été difficile, avec tant de problèmes, de déplacements, etc., et je voudrais vous remercier d'avoir accepté toutes des difficultés pour informer le monde sur ce pèlerinage, pour inviter ainsi les autres aussi au pèlerinage en ces lieux saints.

J'ai déjà fait un bref résumé de ce voyage dans le discours de l'aéroport, je ne voudrais pas ajouter grand chose. Je pourrais évoquer tant, tant de détails : l'émouvante descente au point le plus bas de la terre, au Jourdain, qui est aussi pour nous un symbole de la descente de Dieu, de la descente du Christ dans les endroits les plus profonds de l'existence humaine.

Le Cénacle où le Seigneur nous a donné l'eucharistie, où a eu lieu la Pentecôte, la descente de l'Esprit Saint ; le Saint-Sépulcre, tant d'autres impressions, mais cela ne me semble pas le moment de le faire.

Il y a peut-être trois impressions fondamentales. La première, que j'ai trouvée partout, dans tous les milieux, musulmans, chrétiens, juifs : une volonté décidée au dialogue interreligieux, à la rencontre, à la collaboration entre les religions.

Et il est important que tous voient cela, non seulement comme une action, disons, pour des motifs politiques dans une situation donnée, mais comme un fruit du coeur même de la foi, parce que croire en un Dieu unique qui nous a tous créés, croire en ce Dieu qui a créé l'humanité comme une famille, croire que Dieu est amour, et qui veut que l'amour soit la force dominante dans le monde, implique cette rencontre, cette nécessité de la rencontre, de la collaboration en tant qu'une exigence de la foi même.

Second point : j'ai trouvé aussi un climat œcuménique très encourageant. Nous avons eu tant de rencontres avec le monde orthodoxe dans une grande cordialité ; j'ai pu aussi parler avec un représentant de l'Eglise anglicane et deux représentants luthériens, et l'on voit que précisément ce climat de la Terre Sainte encourage aussi l'œcuménisme.

Troisième point : il y a de grandes difficultés, nous le savons, nous l'avons vu et entendu.  Mais j'ai aussi vu qu'il y a chez tous un profond désir de paix. Les difficultés sont plus visibles et nous ne devons pas nous cacher les difficultés : elles existent et doivent encore être clarifiées. Mais le désir commun de paix, de fraternité n'est pas autant visible, et je crois que nous devons parler de cela aussi, encourager tous dans cette volonté de trouver à ces difficultés des solutions certainement pas faciles.

Je suis venu en pèlerin de la paix. Le pèlerinage est un élément essentiel de nombreuses religions, et justement il en est ainsi de l'islam, du judaïsme et du christianisme. C'est aussi l'image de notre existence, qui est une marche vers Dieu et ainsi également vers la communion de l'humanité.

Je suis venu en pèlerin et j'espère que beaucoup suivront ces traces et qu'ainsi ils encourageront les peuples de cette Terre sainte à l'unité, et deviendront aussi des messagers de paix.


Merci





Pope Benedict speaks during a departure ceremony on his behalf at Tel Aviv's Ben Gurion International Airport May 15, 2009



Discours de Benoît XVI à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv







Pope Benedict XVI shakes hands with Israeli President Shimon Peres during his departure ceremony at Ben Gurion airport near Tel Aviv

Repost 0