Crist-Pantocrator.jpg

"Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres.

 

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

 

Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres."

 

Evangile de Jésus-Christ selon  saint Jean 

   

 

Pentecôte

" Le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

 

   

 

 El Papa es argentino. Jorge Bergoglio                 

Saint Père François

 

 

La Manif Pour Tous 

La Manif Pour Tous photo C de Kermadec

La Manif Pour Tous Facebook 

 

 

Les Veilleurs Twitter 

Les Veilleurs

Les Veilleurs Facebook

 

 

 

papa%20GP%20II

1er mai 2011 Béatification de Jean-Paul II

Béatification du Serviteur de Dieu Jean-Paul II

 

 

  Béatification du Père Popieluszko

beatification Mass, in Warsaw, Poland

à Varsovie, 6 juin 2010, Dimanche du Corps et du Sang du Christ

 

 

presidential palace in Warsaw

Varsovie 2010

 

 

Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre
Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique et de la Miséricorde Divine

La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage.
(Saint Curé d'Ars)
 

 


Le côté du Christ a été transpercé et tout le mystère de Dieu sort de là. C’est tout le mystère de Dieu qui aime, qui se livre jusqu’au bout, qui se donne jusqu’au bout. C’est le don le plus absolu qui soit. Le don du mystère trinitaire est le cœur ouvert. Ce n’est pas une image, c’est une réalité. C’est la réalité la plus profonde qui soit, la réalité de l’amour.
Père Marie-Joseph Le Guillou




Dans le cœur transpercé
de Jésus sont unis
le Royaume du Ciel
et la terre d'ici-bas
la source de la vie
pour nous se trouve là.

Ce cœur est cœur divin
Cœur de la Trinité
centre de convergence
de tous les cœur humains
il nous donne la vie
de la Divinité.


Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix
(Edith Stein)



Le Sacré-Cœur représente toutes les puissances d'aimer, divines et humaines, qui sont en Notre-Seigneur.
Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

 



feuille d'annonces de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

     

The Cambrai Madonna

Notre Dame de Grâce

Cathédrale de Cambrai

 

 

 

Cathédrale Notre Dame de Paris 

   

Ordinations du samedi 27 juin 2009 à Notre Dame de Paris


la vidéo sur KTO


Magnificat

     



Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie à Notre-Dame de Paris


NOTRE DAME DES VICTOIRES

Notre-Dame des Victoires




... ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !

 

 

Rechercher

Voyages de Benoît XVI

 

SAINT PIERRE ET SAINT ANDRÉ

Saint Pierre et Saint André

 

BENOÎT XVI à CHYPRE 

 

Benedict XVI and Cypriot Archbishop Chrysostomos, Church of 

Salutation avec l'Archevêque Chrysostomos à l'église d' Agia Kyriaki Chrysopolitissa de Paphos, le vendredi 4 juin 2010

 

     

 

Benoît XVI en Terre Sainte  


 

Visite au chef de l'Etat, M. Shimon Peres
capt_51c4ca241.jpg

Visite au mémorial de la Shoah, Yad Vashem




 






Yahad-In Unum

   

Vicariat hébréhophone en Israël

 


 

Mgr Fouad Twal

Patriarcat latin de Jérusalem

 

               


Vierge de Vladimir  

    

 

SALVE REGINA

1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 11:45


Dans l’évangile de ce dimanche, Jésus enseigne pour la première fois dans une synagogue et chasse un esprit mauvais. Marc insiste sur cet enseignement : il est nouveau, plein d’autorité.

Il est plein d’autorité parce que, non seulement Jésus parle mais il fait. Acte et parole sont en accord total en lui. Ce n’est pas uniquement un discours mais un combat, celui contre le mal. Sa simple présence déclenche le déchaînement des forces du mal et sa simple parole est déjà puissance créatrice.

La nouveauté est celle d’une ère qui s’inaugure : le règne de Dieu est là, le salut atteint l’homme en profondeur. Déjà Jésus apparaît comme le prophète en contact direct avec Dieu, à la hauteur même de Dieu, parole de Dieu en personne. Sa parole est vraie, elle a autorité, celle qui fait grandir et libère celui qui l’écoute.

Laissons-nous surprendre aujourd’hui par cette nouveauté qui nous invite à changer de logique, à combattre le mal car notre Dieu nous précède et il est le premier concerné. Sa parole vient faire sa demeure en nous, lieu d’enracinement de notre identité la plus profonde d’enfant de Dieu. Ce qui se révèle déjà dans cet évangile va s’accomplir et se déployer dans la Pâque de Jésus. Ce n’est qu’en le suivant jusqu’à la croix que nous pourrons confesser en vérité que Jésus est fils de Dieu et apprendre de lui l’amour du Père.

une Sœur de Chalais


Repost 0
Published by Assum - dans méditations
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 15:39

Nous sommes samedi, allons à la Messe, à la chapelle de la Vierge à Saint Sulpice.

C'est le même bon et vénérable prêtre qui dit la Messe, il aime les Saints, ce sera la Messe de Don Bosco, le saint Apôtre de la jeunesse.

La chapelle est pleine, il y a des jeunes, il y a des vieux, il y a des personnes de tous âges et de toutes conditions, il y a des femmes et presque autant d'hommes, c'est Saint Sulpice, la sainteté de Saint Sulpice attire et retient.

Tout comme la semaine dernière avec Saint François de Sales le prêtre finira son homélie en lisant un extrait de Saint Jean Bosco :

Je consacrerai ma vie aux enfants. Je les aimerai et m'en ferai aimer. Quand ils tournent mal, c'est que personne ne s'est occupé d'eux. Je me dépenserai sans mesure pour eux.

Si vous voulez vraiment faire du bien à l'âme de vos enfants et les plier au devoir, il faut vous rappeler, sans cesse, que vous tenez la place de leurs parents. Si vous vous regardez comme les pères de cette jeunesse, vous en prendrez le cœur... Un cœur, c'est une citadelle inexpugnable, dit saint Grégoire ; seules l'affection et la douceur la peuvent forcer : fermeté à vouloir le bien et empêcher le mal, mais douceur et prudence pour atteindre cette double fin.

Les maîtres qui ne pardonnent rien aux enfants sont ceux qui se pardonnent tout à eux-mêmes. Pour apprendre à commander, commençons par apprendre à obéir, et cherchons à nous faire aimer avant de nous faire craindre.




Repost 0
Published by Assum
commenter cet article
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 22:12
Des lignes de métro marchaient, moi aussi, car toutes ne marchaient pas aussi bien... cela a été l'occasion d'admirer certaines vitrines en cette période de soldes féroces et forcenées, point d'attroupement devant la mienne...

... ce n'est pas encore le ouiquènde, point d'amateurs éclairés sur le trottoir savourant une bière le verre à la main... 

profitons en pour admirer la vitrine, d'ailleurs elle a été refaite, il y a maintenant des coffrets soldés qui contiennent verres et bouteilles...

on repassera donc admirer tout cela samedi peut-être...

... on rentrera à l'intérieur



où on prendra son temps...
Repost 0
Published by Assum
commenter cet article
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 22:00
Le grand orgue de Saint-Sulpice, avec ses 102 jeux répartis sur cinq claviers manuels et pédalier est le plus grand instrument du facteur d'orgues français Aristide Cavaillé-Coll (1811-1899).

Cette immense et complexe machine est construite sur sept étages et vingt mètres de haut ! De très robuste constitution, l'instrument n'a jamais nécessité de reconstruction fondamentale. Sa composition est, sur le plan sonore, l'aboutissement d'une longue réflexion de Cavaillé-Coll pour la réalisation d'un orgue complet trait d'union entre l'art ancien et l'art nouveau , instrument sur lequel il soit possible d'interpréter non seulement la musique romantique mais aussi la musique ancienne. Aussi il gardera la tuyauterie du premier instrument de François-Henri Clicquot (1781) - plus de 40% de l'ensemble - conservée au cours de la restauration de Daublaine-Callinet (1846).

Grâce aux organistes titulaires qui, fascinés par la perfection de l'art de Cavaillé-Coll, ont renoncé au confort des transmissions modernes et à l'altération de l'esthétique sonore, le grand orgue de St-Sulpice fonctionne après 143 ans comme au premier jour et avec ses transmissions d'origine. C'est un authentique témoin de l'art de son auteur.


Improvisation durant la Messe à Saint Sulpice


Les Grandes Orgues de Saint Sulpice
http://www.stsulpice.com/

Daniel Roth Titulaire du Grand Orgue
http://www.danielrothsaintsulpice.org/



Improvisation au Sacré-Coeur

Repost 0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 13:38

Le tournant décisif de son œuvre sera pris lors d’un pèlerinage à Rocamadour, au retour duquel, profondément touché par la foi chrétienne, il écrit sa première œuvre religieuse, les Litanies à la Vierge noire (1936).

Il professera alors désormais une sorte de « foi du charbonnier », qu’il oppose volontiers à son côté « mauvais garçon » libertin - « moine ou voyou », dira le critique Claude Rostand. Dès lors, toute sa carrière va se tourner essentiellement vers la musique vocale et dramatique, dans un processus qui aboutira à la fusion de l’inspiration religieuse et profane avec le Dialogue des carmélites (1957).

Entre-temps il écrit, notamment, la cantate Figure humaine (1943), sur un texte d’Éluard, un de ses poètes favoris, qu’il mettra plusieurs fois en musique, sa foi catholique lui inspire l’admirable Stabat Mater (1950) ; de retour d’une tournée aux États-Unis couronnée de succès, il donne enfin La Voix humaine (1959), d’après Cocteau, écrite pour la soprano Denise Duval, à laquelle il dédiera plusieurs de ses œuvres, comme il le fera aussi avec ses amis, le pianiste Jacques Février, (avec lequel il joue en duo), ou le baryton Pierre Bernac, qu’il accompagne au piano lors de la création de ses cycles de mélodies : très discret dans sa vie privée, il gardera toute sa vie de profonds liens d’amitié.

C’est peu après l’achèvement de ses Répons pour les Temps de Ténèbres (1963), qu’il meurt d’une crise cardiaque à son domicile parisien.







texte extrait de sa biographie : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/action-culturelle_1031/musique_11415/galerie-compositeurs_12379/poulenc-francis-1899-1963_27809.html

photo musicaeterna : http://www.musicaeterna.fr/poulenc.htm


un extrait du Dialogue des Carmélites à l'opéra de Marseille

Repost 0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 20:51

Les Cahiers de Francis Poulenc
N°1  (septembre 2008)


Préfacé par Georges Prêtre qui témoigne de sa rencontre avec Poulenc (autour de la Voix Humaine en 1958), le nouvel opus édité par l'Association des Amis de Francis Poulenc (créée en 1963), sous la direction éditoriale de Simon Basinger (rédacteur en chef), réactive la mémoire du compositeur français.

L'objet de la nouvelle publication dont le numéro suivant est annoncé en avril 2009, entend favoriser la rencontre avec un homme attachant, drôle, sensible, généreux, "profondément gentil", dont l'oeuvre parfaitement accessible sait divertir et captiver.

Ouvrage de vulgarisation plutôt que revue spécialisée pour spécialistes, Les Cahiers de Francis Poulenc offrent plusieurs visages d'une personnalité hors du commun. Le sommaire de ce premier numéro poulencien s'adresse à tous les mélomanes, connaisseurs ou non de l'oeuvre de Francis.

Adrien De Vries
http://www.classiquenews.com/lire/lire_article.aspx?article=2569&identifiant=2009119RV6OG8QCWV3G25EMQXXNZDCFT




L'Association des Amis de Francis Poulenc
http://www.poulenc.fr/association/index.php



Francis Poulenc et Georges Prêtre filmés de main de maître
Repost 0
Published by Assum - dans infos & photos
commenter cet article
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 22:52
C'est à un mini-pèlerinage que je vous convie dans ce mini-récit, à l'église Saint Paul - Saint Louis à Paris, splendide et resplendissante église de Paris, sanctuaire jubilaire de l'année Saint Paul, et seule église de Paris à posséder des reliques de Saint Paul, enfouies dans le maître-autel.

Descendons au métro Saint Paul, c'est comme Saint Sulpice on ne peut pas se tromper, en ce Dimanche soir la rue Saint Antoine est bien vivante, les cafés sont ouverts, on s'y donne rendez-vous, on s'y retrouve, cela change de certains quartiers sinistrés à peu près aussi animés qu'une ville de province le Dimanche après-midi.

Rentrons dans l'église à la glorieuse façade, comme tous les plus beaux monuments de Paris, les églises, elle n'a pas été restaurée, elle a tout le charme du délabrée que sa voisine Saint Gervais a perdu par exception dans un badigeon de plâtrier qui fait mal aux yeux, ici la façade noirâtre cache ses charmes, on a même tendu un filet de protection tout en haut de l'église et on n'a aucun mal à se convaincre qu'il était nécessaire, la façade de Saint Gervais donne sur une place déserte et infréquentée, celle de Saint Paul - Saint Louis sur une rue très passante, on a restauré la première et abandonné la seconde, c'est la logique de l'Hôtel de Ville qui est derrière Saint Gervais, en place de Grève on fait exécuter les travaux de restauration avec une logique très politique quelle que soit la municipalité car tout cela date déjà, que nous importe, gravissons les escaliers et rentrons, nous sommes en avance pour la Messe de 19h, nous aurons le temps de faire le tour de nos chapelles !

Les descriptions sont aussi ennuyeuses à lire qu'à écrire, sauf celles de Balzac, qui ont été le plus critiquées évidemment, aussi je m'épargnerai la peine et à vous l'ennui, d'une description exhaustive; pour ceux qui passent à Paris, c'est mieux qu'un musée, en plus c'est gratuit et on n'y fait pas la queue pour y rentrer, les tableaux sont beaux et dans leur contexte, ainsi que les statues, et si vous arrivez à l'heure de la Messe vous aurez le son et lumière, restons !

Pour l'instant l'intérieur baigne dans une lueur blafarde et crépusculaire particulièrement propice au recueillement, on avance à pas comptés dans un silence religieux, tout à l'heure les dames en retard feront éclater leurs talons sur le vénérable dallage pour gagner les premiers rangs évidemment, contentons-nous, sinon des derniers, ne soyons pas trop prétentieux, du moins de ceux du milieu, c'est bientôt la Messe, les lustres monumentaux s'illuminent, on cligne des yeux, ce sont soudain les grandes eaux de Versailles, cela gicle de partout et éclabousse tout d'une beauté saisissante, les douches du grand orgue nous innondent de leur céleste averse, la procession arrive précédée d'un monumental Crucifix saisissant que le porte-croix peine à tenir à bout de bras, deux prêtres suivent, la Messe sera admirable, elle le fut. 



sur les chutes de pierres... (presque sous... !) - vidéo trouvée quelques jours après l'article et ajoutée
Repost 0
Published by Assum
commenter cet article